2 min de lecture École

VIDÉO - Ces écoles rurales devenues des Regroupement Pédagogiques Concentrés

Les élèves et les professeurs des écoles issus des établissements fermés se retrouvent désormais dans des Regroupements Pédagogiques Concentrés (RPC), depuis la maternelle jusqu'au CM2.

350 écoles ont fermé cet été
350 écoles ont fermé cet été Crédit : M6 / Hélène Cami Marie Meyer
Logo de la chaîne M6
La rédaction de M6 et Sophie Merle

350 écoles ont fermé leurs portes en 2019  pour laisser la place à des RPC, des Regroupements Pédagogiques Concentrés. Dans la Somme, l'un de ces regroupements pédagogiques comprend dix classes, allant de la maternelle au CM2. Près de 240 élèves venant de 14 communes y sont rassemblés. Les 11 écoles rurales qui existaient dans un rayon de 8 km ont dû fermer leurs portes. Les familles et les enfants ont donc dû changer leurs habitudes : moyens de transports, environnement de travail, camarades...

Pour l'Education nationale, ce regroupement est à la fois un choix économique mais aussi pédagogique. Parmi les enseignants, Magali, 43 ans, professeure des écoles depuis 18 ans, a choisi de rejoindre cet établissement après la fermeture de son école. 

Avant d'arriver ici, elle enseignait dans une petite école de campagne avec une classe unique. Le changement est donc assez radical. "Cette année, j'ai un niveau unique avec 24 élèves de CP, alors que les années passées, je travaillais sur un multi-niveau,  avec de tous petits moyens. Ici, on a des locaux bien insonorisés, donc une qualité de bien-être qui est non négligeable."

Des professeurs qui doivent s'adapter

Mais pour elle qui a été habituée à travailler seule dans une école, la grande nouveauté, c'est aussi la présence de collègues. " C'est super d'avoir des collègues, de pouvoir échanger quand on a une difficulté, ou quand on a besoin d'un autre regard sur une pratique pédagogique."

À lire aussi
Cour d'école - Illustration faits divers
Agressions sexuelles entre enfants : une école Steiner mise en cause

Pour elle aussi, l'adaptation n'est pas évidente, avec par exemple la mise à disposition de nouveaux outils comme le TNI, le tableau numérique interactif. Peu habituée à cette modernité, l'institutrice est encore un peu perdue. Magali apprécie ses nouvelles conditions de travail, mais reste aussi nostalgique d'une certaine ambiance. 

Ce qui lui manque aujourd'hui, c'est le lien qu'elle tissait avec les parents. "On connaissait vraiment toutes les familles et on était assez proches, il y avait des moments de proximité alors que dans une grande école on a plus de mal ". 

Autre point négatif pointé parfois du doigt : ces RPC font perdre des lieux de vies qui, dans certains villages de campagne, représentaient le dernier service public encore présent.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
École École publique Élèves
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants