1 min de lecture Attentat à Nice

VIDÉO - Attentat à Nice : Crachats, mégots, et insultes là où le terroriste est mort

Le lieu où est mort le terroriste Mohamed Lahouaiej-Bouhlel semble être devenu l'exutoire de toutes les haines.

VIDÉO - Attentat à Nice : Crachats, mégôts, et insultes là ou le terroriste est mort
VIDÉO - Attentat à Nice : Crachats, mégôts, et insultes là ou le terroriste est mort Crédit : Enrico Fedocci / Facebook
Paul Véronique
Paul Véronique
Journaliste

Le contraste tranche avec tous les hommages rendus aux victimes. L'endroit où Mohamed Lahouaiej-Bouhlel est mort, finissant sa course, après avoir ôté la vie à 84 personnes, n'est pas bordé de fleurs. Au contraire, il est couvert de pierres, de sac à excrément, et d'autres détritus. Les riverains viennent y cracher et maudire le terroriste dans un ballet où se mêlent haine et colère.

Cet exutoire voit aussi apparaître différentes revendications. "Assassin" est-il écrit en rouge sur le sol. Sur d'autres mots, on peut lire : "Livrez-nous les adresses, les noms, les visages des fichés S, le peuple s'en chargera", ou bien "Tolérance Zéro, France réveille-toi". Parfois, quelqu'un met le feu à l'autel expiatoire.

Le Monde relate une scène de dimanche 17 juillet. "Ça fait du bien de voir ça", affirme une femme en souriant, avant de cracher son chewing-gum. À côté d'elle, un homme explique : "L’amour, tout ça, c’est bien, mais ce que tout le monde pense vraiment repose là".

Des agissements qui ont divisé les internautes. Certains ont confié leur malaise face à un rite rappelant "le Moyen-âge", là où d'autres l'ont défendu, justifiant une manière de se soulager.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentat à Nice Terrorisme Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants