1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Val-d'Oise : comment les policiers luttent au quotidien contre les rodéos urbains
2 min de lecture

Val-d'Oise : comment les policiers luttent au quotidien contre les rodéos urbains

REPORTAGE - La brigade spécialisée de terrain du département réalise fréquemment des descentes, notamment dans le quartier de Pontoise où deux enfants ont été fauchés vendredi 5 août.

Une scène de rodéo urbain à Clichy-sous-Bois 28 août 2009.
Une scène de rodéo urbain à Clichy-sous-Bois 28 août 2009.
Crédit : HADJ/SIPA
Val-d'Oise : comment les policiers luttent au quotidien contre les rodéos urbains
00:01:26
Valentin Boissais - édité par Charlène Slowik

Vendredi 5 août, deux enfants de 7 et 11 ans ont été fauchés par une moto à Pontoise. Depuis avril, plus de 500 interventions sont recensées pour des rodéos urbains dans le département du Val-d'Oise. Un phénomène devenu un véritable fléau.

La brigade spécialisée de terrain du département réalise donc des descentes, notamment dans le quartier où les faits se sont produits vendredi. L'équipe de la BST a sillonné le quartier voisin d'où a eu lieu le drame. La traque se fait avant tout à l'oreille. "On entend des cross, mais où est-ce qu'ils sont exactement ? On ne sait pas", confie un policier.

Finalement, il repère au loin six engins près d'un terrain vague. N'étant pas sur la voie publique, les agents ne les courseront pas car cela est trop dangereux. Ils repèrent donc les visages et les plaques d'immatriculation. "Peut-être qu'à proximité ils ont un lieu de stockage pour ces motos et ils vont pouvoir les rentrer rapidement dans des endroits types boxes", explique un agent.

Saisir les motos, la priorité

L'opération se poursuit à pied. "Ils sont sur des endroits où on ne peut pas accéder en véhicule", poursuit une de ses collègues. Saisir les motos est l'une des priorités. Un individu connu pour ses faits est ensuite repéré. Le suspect dit avoir arrêté les rodéos et souhaite prendre des nouvelles de la fillette fauchée à Pontoise.

À lire aussi

Le brigadier Vincent le connaît bien : "Il est sorti de prison il n'y a pas très longtemps". "Ils se filment en milieu urbain donc pour eux c'est un peu la défiance vis-à-vis des forces de l'ordre", dit-il. Sur les six premiers mois de l'année, 34 véhicules ont été saisis rien que dans le Val-d'Oise.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/