3 min de lecture Internet

Ulcan, "hacktiviste" sioniste et fier de l'être

PORTRAIT - Il revendique avec fierté le piratage de sites pro-palestiniens et d'information tels que "Rue 89", et utilise Twitter et Facebook pour cibler les journalistes dont il usurpe également l'identité.

Une tentative de hacking (Illustration)
Une tentative de hacking (Illustration) Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Marion Dautry
Marion Dautry
et AFP

Le hacker pro-israélien Grégory Chelli, plus connu sous le pseudonyme d'Ulcan, revendique avec fierté le piratage de sites pro-palestiniens ou de médias, poussant même le sentiment d'impunité jusqu'à harceler certaines de ses cibles de manière particulièrement odieuse.

Actif depuis plusieurs années sur la toile, où il s'en prend aux sites pro-palestiniens, il s'est fait connaître du grand public ces dernières semaines  après une série d'attaques contre Rue89, qui avait publié un portrait qui lui avait déplu.

"Il déroule toute la panoplie du parfait 'hacktiviste' (contraction de hacker, pirate informatique, et activiste, ndlr)", explique à l'AFP un expert en sécurité informatique qui souhaite rester anonyme. "Il fait ce qu'on appelle du déni de service. Le site s'écroule parce qu'il reçoit beaucoup plus de requêtes qu'il n'en a l'habitude". "Il fait aussi du 'défacement', en modifiant la page d'accueil de sites", ajoute cet expert. Les sites de la section Maine-et-Loire du NPA, de Reporters sans frontières, du parti communiste, ont notamment été victimes de ses attaques.

À lire aussi
Un avion au décollage (illustration) Connecté
Bientôt l'Internet par la lumière dans les avions

Twitter comme terrain de jeux

Ce trentenaire, qui se présente comme un "militant sioniste", habiterait la station balnéaire d'Ashdod, en Israël. Il utilise les réseaux sociaux, et particulièrement Twitter, pour vanter ses exploits de pirate informatique. Son compte Twitter, "àulcanïviolvocal",  a été suspendu mardi par le réseau social pour non-respect des conditions d'utilisation. Un autre compte, "àulcanïvv", a vu le jour peu après, mais mercredi soir, il n'existait plus.

Adepte du "doxing" et du "swating"; il se sert de ses comptes pour viser nommément les auteurs d'articles qu'il n'apprécie pas, ou les responsables des sites qui les publient. Il diffuse leurs coordonnées personnelles publiquement, accompagnées d'insultes. Il a ainsi dévoilé sur Twitter l'adresse de Pierre Haski de Rue89, le qualifiant de "kapo".

Doué pour l'usurpation d'identité

Gregory Chelli s'adonne également sans retenue à l'usurpation d'identité. Il aime se faire passer pour un policier pour obtenir des informations confidentielles sur une personne ou lui attirer des ennuis. Il a réussi à plusieurs reprise à obtenir des informations sur les casiers judiciaires d'Alain Soral, Dieudonné ou encore Pierre Haski en s'adressant directement à un commissariat avec une assurance sidérante.

Des consignes d'extrême vigilance ont été données pour éviter d'autres fuites. Une tentative auprès du commissariat de la Rochelle aurait d'ailleurs été déjouée récemment. Mais dans la nuit du 8 au 9 août, un commissariat parisien est tombé dans le piège. Se faisant passer pour Pierre Haski, il a affirmé avoir tué son épouse et s'être retranché, armé, à son domicile. Le déploiement policier qui s'en est suivi "était hallucinant", a expliqué à l'AFP Pierre Haski qui a déposé plainte mardi pour "accès frauduleux à un système de données", "dénonciation mensongère", "usurpation d'identité" et "menace".

Encore plus glauque, il a passé un appel aux parents de Benoît Le Corre, journaliste de Rue89, pour leur faire croire à la mort de leur fils. Son site "viol vocal" s'est fait une spécialité de ces canulars morbides.

Ulcan dans le viseur de la justice

Son site internet, qu'il anime à travers le tchat, fédère une petite communauté acquise à sa cause. "Je suis militant et prêt à mourir n'importe quand pour Israël. Mais je suis également un grand déconneur, amoureux de l'humour noir, inventeur des canulars dits hardcores", y écrit le 30 juillet cet ancien de la Ligue de défense juive

Le fait qu'il ne cherche absolument pas à se cacher détonne dans le paysage de l'hacktivisme. "Ce qui est assez rare, c'est qu'il révèle son identité. Il a un sentiment d'impunité", souligne l'expert informatique.

"Il n'arrête pas et le problème, c'est que tant qu'il joue, il gagne", conclut une source proche de l'enquête à propos de ce hacker au fichier TAJ (traitement des antécédents judiciaires) "long comme le bras". Ses actes de piratage et de harcèlement ont conduit à l'ouverture d'une information judiciaire par le parquet de Paris, après le dépôt de plusieurs plaintes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Internet Hackers Conflit israélo-palestinien
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7773705247
Ulcan, "hacktiviste" sioniste et fier de l'être
Ulcan, "hacktiviste" sioniste et fier de l'être
PORTRAIT - Il revendique avec fierté le piratage de sites pro-palestiniens et d'information tels que "Rue 89", et utilise Twitter et Facebook pour cibler les journalistes dont il usurpe également l'identité.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/ulcan-hacktiviste-sioniste-et-fier-de-l-etre-7773705247
2014-08-13 20:28:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/0oorK_N0pYUq9DAtKwl9gQ/330v220-2/online/image/2014/0813/7773708439_une-tentative-de-hacking-illustration.jpg