1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Transition énergétique : des aides à l'essor de la voiture électrique
4 min de lecture

Transition énergétique : des aides à l'essor de la voiture électrique

Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".

La Renault Fluence, voiture électrique, présentée le 20 décembre 2011 à Boulogne-Billancourt (archives)
La Renault Fluence, voiture électrique, présentée le 20 décembre 2011 à Boulogne-Billancourt (archives)
Crédit : AFP / FRANCOIS GUILLOT
BLOUSES, VOITURES ELECTRIQUES
21:36

Transition énergétique : des aides à l'essor de la voiture électrique

Plafonnement de la capacité nucléaire, chèque-énergie ou aides à l'essor de la voiture électrique: le projet de loi sur la transition énergétique a enfin été dévoilé mercredi, après de longs mois  de débats et d'intenses tractations avec les écologistes, qui le qualifient de "tournant". 
Le texte, que François Hollande avait annoncé comme "l'un des plus importants du quinquennat", comprend une soixantaine d'articles censés permettre à la France de devenir économe en énergie, et moins dépendante des sources fossiles et du nucléaire, l'un des sujets les plus épineux. 
L'objectif de réduire la part du nucléaire à 50% de la production d'électricité en 2025 contre 75% aujourd'hui est inscrit, ainsi qu'un plafonnement de la capacité nucléaire installée au niveau actuel, soit 63,2 GW. 
Parmi les moyens d'y arriver:  une obligation de rénovation énergétique en cas de travaux de ravalement ou de toiture, de nouvelles aides fiscales, un "chèque énergie" pour les ménages les plus modestes, l'installation de sept millions de bornes de recharge pour les véhicules électriques d'ici à 2030 ou encore des aides pour les transports propres et énergies renouvelables. 
La voiture électrique est-elle en panne ? A-t-elle les moyens de s'imposer ?
Invités du débat de RTL Midi : Marie Castelli, Secrétaire Générale de l'Association nationale pour le développement de la mobilité électrique, Avere France, et Christian Scholly, Directeur général adjoint de l'Automobile Club Association.

La rédaction vous recommande

Santé : la future loi dévoilée dans ses grandes lignes

Actions de groupe, tabac, tiers payant : la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine présente aujourd'hui les orientations de la future loi santé, placée sous le signe de la prévention et de la réduction des inégalités d'accès aux soins. 
Quelques mesures concrètes sont déjà connues, à commencer par la généralisation du tiers payant. Pour faciliter l'accès aux soins, le gouvernement souhaite qu'à partir de 2017, les Français n'aient plus à avancer d'argent lors d'une consultation chez le médecin.
Faut-il généraliser à tous les patients le tiers payant chez le médecin ? La rédaction de RTL vous invite à voter et donner votre avis à la question du jour !

La rédaction vous recommande

Le plus vieux collège de Toulouse prône la blouse au nom de l'égalité

Le plus ancien collège de Toulouse réfléchit au retour de la blouse à l'école afin d'atténuer les inégalités sociales entre des élèves soumis à la pression sociale pour porter des vêtements de marque, a-t-on appris auprès de sa direction. 
Le collège Pierre-de-Fermat, un établissement public, a écrit aux parents de ses 900 élèves pour qu'ils se prononcent pour ou contre le port de la blouse. 
Les élèves français portaient traditionnellement une blouse jusqu'à ce qu'elle soit remisée au placard en 1968. Des établissements, pour l'essentiel privés, l'ont remise au goût du jour depuis quelques années, en arguant du fait  qu'elle permet de gommer les inégalités, de lutter contre la "dictature" des marques et de favoriser l'intégration. 
Pierre-de-Fermat, situé en plein centre de Toulouse, est l'un des collèges les plus prestigieux et huppés de la quatrième ville de France, avec des bâtiments datant du XVIe siècle situés tout près du Capitole. 
"Avec ce sondage, nous avons voulu mener une réflexion sur le genre de petite béquille qu'il faudrait mettre en place pour obtenir un léger lissage en  termes de différences sociales", a expliqué à l'AFP la principale de l'établissement, qui ne souhaite pas que son nom soit cité. De 5% il y a quelques années, la proportion d'élèves issus de "milieux sociaux fragiles" est  passée aujourd'hui à 17%, a-t-elle ajouté. 
Or, les élèves sont soumis à de fortes pressions sociales pour mettre des vêtements de marque qui peuvent avoir un impact considérable sur les budgets des familles les plus modestes. 

La rédaction vous recommande

Les Français dépenseraient en moyenne 8.257 euros pour un mariage

À lire aussi

Les Français estiment en moyenne le budget d'un mariage à 8.257 euros pour 70 invités, et la plupart d'entre eux considèrent cette cérémonie comme synonyme de contraintes et de choix budgétaires, selon un sondage réalisé par Opinionway publié jeudi. 
Les personnes interrogées habitant en région parisienne ont un budget estimé d'environ 18% de plus que les habitants de province, à 9.419 euros contre 7.986 euros, et, s'ils organisaient un mariage, les moins de 35 ans dépenseraient environ 16% de plus que leurs aînés (9.200 euros contre 7.904 euros). 
Le repas, le traiteur et la pièce montée sont considérés comme le poste de dépense le plus onéreux par 61% des personnes interrogées, devant le lieu du mariage ou la salle de réception (12%), la lune de miel (8%) et les tenues - robes de mariés, costumes (8%). 
Pour financer ces dépenses nuptiales, la plupart des personnes interrogées évoquent l'épargne (85%) et l'aide des parents ou des proches (73%). Mais 42% d'entre eux parlent aussi de sponsors (pâtissiers, fleuristes), 41% d'un crédit, et un tiers font référence à un financement participatif, où chaque invité paye une part du mariage. 

La rédaction vous recommande

Nous attendons vos commentaires et vos avis. A vous de jouer !

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/