1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Terrorisme : qui sont les 15.000 islamistes radicaux surveillés par la police ?
1 min de lecture

Terrorisme : qui sont les 15.000 islamistes radicaux surveillés par la police ?

Le "JDD" dresse le portrait de ces individus radicalisés, dont 18% sont mineurs.

Les hommes du GIPN arrêtent un homme soupçonné d'être lié à un groupe islamiste radical à Marseille, en avril 2012.
Les hommes du GIPN arrêtent un homme soupçonné d'être lié à un groupe islamiste radical à Marseille, en avril 2012.
Crédit : GERARD JULIEN / AFP
Eleanor Douet
Eléanor Douet

Leur nombre est significatif. Environ 15.000 individus radicalisés, susceptibles de constituer une menace pour le pays sont actuellement surveillés par les services de police et de renseignement français, révèle le Journal du dimanche, dans son édition du 9 octobre. Et à l'heure où les politiques s'écharpent sur les fichés S, ces 15.000 islamistes radicaux sont recensés dans une base de données qui a vu le jour il y a quelques mois et beaucoup moins connue : le Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT).

"Créé en mars 2015 par un décret confidentiel, il énumère les islamistes radicaux français ou résidents sur notre territoire qui sont signalés et suivis", précise le JDD. Parmi eux, 4.000 constituent "le haut du spectre", selon un responsable policier. Concrètement, ce sont eux qui sont le plus susceptible de passer à l'acte et font l'objet d'une surveillance particulièrement accrue de la part de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Le plus jeune a seulement 11 ans

Le journal publie également une carte de France de la radicalisation, s'appuyant sur des chiffres du ministère de l'Intérieur et du parquet de Paris. Les départements d'Île-de-France, les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, le Rhône et le Nord sont ceux où le nombre d'individus radicalisés est le plus élevé avec plus de 301 cas.

Sur ces 15.000 islamistes radicaux, on compte 18% de mineurs, dont une majorité de filles. Le plus jeune recensé sur ce fichier est âgé de 11 ans seulement. De plus, une majorité des cas concerne des garçons de 18 à 25 ans, issus de quartiers périphériques des grandes villes. Sur les 2.000 Français ou résidents impliqués dans les filières jihadistes, 200 sont présumés morts, 203 seraient revenus sur le territoire français et 700 seraient toujours présents sur la zone irako-syrienne.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/