1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "Terreur à Strasbourg" titre "Les Dernières Nouvelles d'Alsace"
2 min de lecture

"Terreur à Strasbourg" titre "Les Dernières Nouvelles d'Alsace"

À cause de la fusillade, le quotidien local "Les Dernières Nouvelles d'Alsace" n'a pas pu imprimer son édition du mercredi 12 décembre.

Des policiers à Strasbourg le mardi 11 décembre 2018
Des policiers à Strasbourg le mardi 11 décembre 2018
Crédit : Abdesslam MIRDASS / AFP
Attaque à Strasbourg : "Terreur à Strasbourg" titre "Les Dernières Nouvelles d'Alsace"
04:14
Attaque à Strasbourg : "Terreur à Strasbourg" titre "Les Dernières Nouvelles d'Alsace"
04:14
Amandine Bégot & Arièle Bonte

"Terreur à Strasbourg", c'est le titre qui aurait dû figurer à la une des Dernières Nouvelles d'Alsace ce matin. Mais à cause de la fusillade de ce mardi 12 décembre, les ouvriers n'ont pas pu se rendre dans l'imprimerie du journal, malgré les efforts de toutes les équipes pour couvrir l'événement et recueillir des témoignages.

"Nous avons été confrontés à l’impossibilité technique de l’imprimer, à cause des barrières de sécurité mises en place au centre de Strasbourg, où se trouve notre imprimerie", peut-on lire sur le site du journal local, dont l'édition numérique se charge donc de rapporter la parole de François, strasbourgeois de 34 ans, qui a tenté d'apporter secours à l'une des victimes.

"J’ai tout de suite appelé mon frère, qui est médecin, pour savoir quoi faire et il m’a expliqué de je devais compresser la plaie mais j’ai pas réussi à trouver l’entrée de la balle. Il perdait beaucoup de sang", raconte le strasbourgeois. Une médecin passant par là s'est occupée de faire un massage cardiaque à la victime tandis que François a couru vers un cinéma pour prévenir du danger. 

Un autre témoin, un jeune homme de 24 ans, assure avoir vu le tireur, peu avant 20 heures. "Je l’ai vue viser un jeune, qui est parti en courant. Apparemment le tireur l’a raté, il a donc détourné l’arme vers une autre  personne et l’a touchée". L'assaillant s'est ensuite enfuie en se mêlant à la foule.

À lire aussi

>> Suivez notre édition spéciale après l'attaque qui a eu lieu à Strasbourg sur RTL et RTL.fr

La théorie du complot des "gilets jaunes"

Alors que des centaines de personnes sont à la recherche du tireur, certains "gilets jaunes" crient au complot et accusent le gouvernement de faire diversion pour affaiblir leur mouvement, peut-on lire dans le Huff Post.

Invité ce matin sur RTL, Jean-Michel Blanquer, ministre de l'1ducation nationale a réagit à ses attaques : "chaque fois qu’il se passe des choses ignobles, il y a de l'ignoble qui vient de se rajouter à l'ignoble. La pudeur et la mesure sont des qualités qu'on devrait développer un peu aujourd'hui".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/