2 min de lecture Paris

"Tel-Aviv sur Seine" : Roger Cukierman et Éric Coquerel divisés

REPLAY - La mairie de Paris a refusé d'annuler l'événement prévu pour le 13 août, "Tel-Aviv sur Seine". Il suscite la polémique.

Yves Calvi RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
"Tel-Aviv sur Seine" : "Je suis choqué des réactions d'animosité", dit Roger Cukierman Crédit Image : LOIC VENANCE / AFP | Crédit Média : Jean-Baptiste Bourgeon | Durée : | Date :
La page de l'émission
Micro RTL (illustration)
Jean-Baptiste Bourgeon
et Maxence Lambrecq

Paris-Plage accueille un dispositif de sécurité exceptionnel ce jeudi 13 août. 500 policiers et gendarmes en seront chargés, fouillant les sacs à l'entrée. "Tel-Aviv sur Seine", qui suscite la polémique depuis plusieurs jours, a été maintenu par la mairie de Paris.

Après les vives tensions autour de cet événement, des débordements sont craints. "Les autorités sont prévenues. En général quand les autorités sont prévenues il n'y a pas lieu de craindre de débordements, en tout cas c'est ce que j'espère, évidemment", a pourtant fait remarquer Roger Cukierman, président des Institutions juives de France.

Je suis choqué des réactions d'animosité

Roger Cukierman
Partager la citation

Le président des Institutions juives de France a dénoncé les réactions hostiles à cet événement. "Je suis choqué des réactions d'animosité, pour ne pas dire de haine et parfois de haine nauséabonde, avec des relents même d'antisémitisme, d'une partie de gens, d'organisations ou de personnels politiques qui cherchaient un prétexte pour attaquer sur le plan politique et détourner un objectif qui me paraissait un objectif totalement culturel et sympathique", a déploré Roger Cukierman. L'homme estime que "Tel-Aviv sur Seine" n'est pas un événement politique. "Je trouve qu'ils se trompent de combat, ne faisons pas de politique quand il ne s'agit pas de politique", a-t-il résumé.

L'aspect politique dénoncé par les opposants

De leur côté, les opposants dénoncent justement l'aspect politique de "Tel-Aviv sur Seine". "La politique israélienne aujourd'hui est dans une nouvelle étape, qui est en train de tourner le dos à toute possibilité de paix. J'ai bien compris, Mme Hidalgo a pensé faire un événement culturel, qui a été conçu comme ça, je pense qu'elle-même se rend compte que c'est une erreur, dommage qu'ils ne veulent pas revenir là-dessus, a résumé Éric Coquerel, conseiller régional du Parti de gauche en Île-de-France. 

On n'est pas dans une bulle

Éric Coquerel
Partager la citation
À lire aussi
Le Grand Palais à Paris (illustration) santé
Coronavirus : 800 soignants invités à une soirée de remerciement au Grand Palais

"Ce n'est pas possible dans cet endroit du monde de penser que quelque chose n'est pas politique à partir du moment où ça touche une ville aussi importante que Tel-Aviv. C'est à 40 minutes en voiture de Jérusalem, des territoires occupés, à guère plus de Gaza. On n'est pas dans une bulle où on pourrait laisser imaginer que vous avez une espèce de 'dolce vita', que l'on pourrait célébrer, mettre en avant" a dénoncé Éric Coquerel. Ce dernier estime que cet événement sert "la propagande israélienne". "Non, il n'est pas normal qu'un État colonise un peuple, qu'un État réprime un peuple, en allant jusqu'à des massacres comme récemment le massacre du bébé. On est dans un contexte où ce n'est pas possible de penser que célébrer la joie de vivre à Tel-Aviv n'est quelque chose de pas politique", a-t-il résumé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Paris Seine Israël
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants