2 min de lecture Taxis contre VTC

Taxis, Uber, VTC : quelles différences entre les services ?

REPLAY - Le combat continue entre taxis et UberPOP alors que les chauffeurs professionnels dénoncent une "concurrence déloyale".

Yves Calvi_ 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Quelles différences entre taxis, VTC et UberPOP ? Crédit Image : NICOLAS TUCAT / AFP | Crédit Média : Cindy Hubert | Durée : | Date : La page de l'émission
Cindy Hubert et Claire Gaveau

Des milliers de taxis en colère ont manifesté dans toute la France. Opérations escargots, blocages et autres incendies ont rythmé cette journée du 26 juin alors que de nombreux rassemblements pour dénoncer la "concurrence déloyale" ont viré à l'affrontement entre les chauffeurs de taxis et les chauffeurs d'UberPOP. 

Car si l'arrivée d'Uber a fait du bruit, c'est bien le service UberPOP qui est contesté puisqu'il est à l'heure actuelle illégal. Tout le reste, les taxis mais aussi les voitures de tourisme avec chauffeur (VTC), comme Uber, ont le droit de rouler. Il faut dire qu'aujourd'hui, la différence entre taxi et voiture est relativement mince : les VTC n'ayant simplement pas pratiqué la maraude, c'est à dire de rouler à la recherche de clients, ou de s'arrêter en pleine rue si quelqu'un les arrête.

>> Une journée de manifestations mouvementée dans toute la France

Quels conséquences pour les chauffeurs et les utilisateurs ?

À l'inverse, UberPOP peut-être considéré comme un covoiturage lucratif. Les chauffeurs sont des amateurs, qui n'ont pas reçu de formation, qui souhaitent arrondir leurs fins de mois. 

À lire aussi
Des chauffeurs VTC à Marseille, le 23 mai 2018 Paris
Paris : pourquoi les VTC sont-il en colère contre Anne Hidalgo ?

Mais alors que risque conducteurs et passagers de cette application ? Alors les chauffeurs UberpPOP risquent un an de prison et 15 000 euros d'amende, la justice peut aussi décider de suspendre leur permis et de saisir leur véhicule. Il y a déjà plus de 480 procédures dans toute la France. Même si pour l'instant les condamnations se résument à des amendes, d'ailleurs payées directement par la société UberPOP. Les passagers, eux, ne risquent rien pour l'instant.

Vers la fermeture d'UberPOP ?

Mais l'application peut-elle être purement et simplement supprimée ? Si cela a été demandé par beaucoup de professionnels, cela semble impossible. L'État n'a pas le droit de faire ça en France. Sauf dans deux cas : le terrorisme ou la pédophilie. Bernard Cazeneuve a donc les mains liés. Il ne peut pas lui même porter plainte même si le seul moyen pour désactiver cette application, c'est la justice. 

Seule la justice peut trancher et les tribunaux seront donc un passage obligatoire pour faire évoluer cette situation. D'où la "guerilla" judiciaire d'Uber, qui combat sur plusieurs fronts à la fois. Une enquête, susceptible de condamner le système UberPOP, ses dirigeants et ses chauffeurs, est déjà en cours. Des perquisitions au siège du groupe à Paris.

Une clarification juridique au pénal est attendu pour l'automne. Mais selon les spécialistes, le coup de grâce pourrait venir du civil, le seul moyen effectif pour désactiver l'application. Une chose est sûre, tout cela va prendre du temps. Et Uber sait que que le temps joue en sa faveur.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Taxis contre VTC Transports
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants