2 min de lecture Taxis contre VTC

Taxis contre UberPOP : "UberPOP doit être dissous et déclaré illégal", déclare François Hollande

Le président de la République a vivement condamné "des violences inacceptables" aperçus lors de la mobilisation des taxis.

François Hollande le 17 juin 2015 à Paris
François Hollande le 17 juin 2015 à Paris Crédit : ETIENNE LAURENT / POOL / AFP
James Abbott
James Abbott
et AFP

Le président de la République hausse le ton depuis Bruxelles. François Hollande a "condamné" dans la nuit de jeudi 25 à vendredi 26 mai les "violences inacceptables" commises lors des manifestations de chauffeurs de taxis en France, estimant toutefois que UberPop devait être "dissous et déclaré illégal". "Il y a des violences qui sont inacceptables dans une démocratie, inacceptables dans un pays comme la France", a déclaré le président français devant la presse lors d'un sommet européen à Bruxelles.

"La saisie des véhicules devra être prononcée et effectuée", a-t-il ajouté même si, selon lui, "ce n'est pas l'État qui peut saisir des véhicules lui-même". La saisie devant "être autorisée par des décisions de justice". Ces violences, a-t-il poursuivi, sont "inacceptables même quand il y a un sujet qui, c'est vrai, peut susciter la colère face à une concurrence déloyale,  notamment pour les taxis" et même si l'on peut "comprendre qu'il y ait de l'exaspération".

Rien ne peut excuser la violence (...) qui est insupportable aussi pour l'image de notre pays

François Hollande
Partager la citation

"Mon premier mouvement comme président de la République, c'est de dénoncer, de condamner ces violences même si elles sont sans doute le fait d'une minorité", a-t-il insisté. Pour François Hollande, "rien ne peut excuser la violence, parce que la violence est non seulement insupportable pour les personnes qui en sont victimes mais insupportable aussi pour l'image de notre pays".

UberPOP : une situation "inacceptable" et "intolérable"

Une image qui a été écornée à l'international après que l'actrice américaine Courtney Love ait fait étalage de scènes de violence à l'aéroport de Roissy Charles de Gaulle, qui lui ont même fait dire qu'elle se sentirait "plus en sécurité à Bagdad".

À lire aussi
Un chauffeur Uber lors d'une manifestation à Paris, le 9 février 2016 économie
"Uber doit lutter pour ne pas se faire uberiser", explique Martial You

Pour autant, le président de la République a souligné que UberPOP "ne respecte aucune règle" sociale ou fiscale et se livre à une "concurrence déloyale", une situation "inacceptable" et "intolérable". "Une loi (sur les véhicules de transport avec chauffeur) a été votée par le Parlement, elle doit s'appliquer", a-t-il encore souligné.

Le gouvernement a réaffirmé jeudi sa volonté de faire fermer UberPOP, à l'issue d'une journée de mobilisation émaillée de violences qui a vu près de 3.000 taxis en colère bloquer gares et aéroports pour dénoncer la "concurrence sauvage" de l'application mobile.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Taxis contre VTC François Hollande Taxi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants