3 min de lecture Grève

Taxis, avions, collèges... Quels sont les secteurs concernés par les grèves de mardi 26 janvier ?

ÉCLAIRAGE - La journée de ce mardi 26 janvier est perturbée par une série de mouvements sociaux à Paris et dans la France entière.

Un chauffeur de taxi, avec un slogan "Uber m'a tué", manifeste contre l'éclosion des VTC
Un chauffeur de taxi, avec un slogan "Uber m'a tué", manifeste contre l'éclosion des VTC Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
et AFP

Il faudra prendre votre courage à deux mains, ce mardi 26 janvier. Les syndicats de la fonction publique appellent en effet à une journée d'action sur le thème du pouvoir d'achat et de l'emploi. Les aéroports, les crèches, les écoles, les collèges, les hôpitaux et les chauffeurs de taxi sont concernés. Ces derniers ont annoncé une forte journée de mobilisation pour dénoncer les "dérives" du secteur des voitures de transport avec chauffeur (VTC).

Des manifestations qui devraient entraîner de nombreuses perturbations que ce soit dans la rue ou dans les différentes administrations. Les déplacements devront être plus compliqués alors que de nombreux parents devront faire face à cette journée de grève où les crèches seront fermées et certains enseignants absents. 

Les taxis encore mobilisés contre les VTC

Des milliers de chauffeurs de taxi sont appelés à se mobiliser dans toute la France. Ce mouvement pourrait se traduire par d'importantes perturbations, en particulier autour des aéroports parisiens de Roissy et Orly, et ce dès 6 heures du matin mardi 26 janvier alors qu'à Paris, les rendez-vous sont fixés porte Maillot et près du ministère de l'Économie et des Finances. Deux intersyndicales, rassemblant 11 syndicats et associations de taxis d'un côté, et huit de l'autre, ont appelé à manifester et cette grève risque "d'être fortement suivie et très dure", a prévenu Serge Metz, PDG de Taxis G7.
Les chauffeurs de taxi mettent en cause des pratiques illicites sur le terrain des VTC, comme la géolocalisation avant la réservation, l'occupation de la voie publique, le racolage et une utilisation détournée des véhicules LOTI qui peuvent transporter entre deux à dix personnes.  

Un précédent mouvement, en juin 2015, avait été émaillé de violences. À l'époque, les chauffeurs s'élevaient contre UberPOP, service "low-cost" du géant américain Uber, qui a depuis fermé ses portes. Mais le secteur n'est pas pour autant apaisé. "On mesure une baisse d'activité de 20% sur les plateformes de réservation et de 30% dans la rue", a assuré le directeur général des Taxis Bleus, Yann Ricordel. 

Fortes perturbations attendues dans les aéroports

À lire aussi
Jean-Paul Delevoye, le 18 juillet 2019 retraites
Les infos de 12h30 - Réforme des retraites : l'âge pivot fait son retour dans le débat ?

Dans le cadre de l'appel lancé par les syndicats de la fonction publique pour l'emploi et les salaires, les deux premières organisations de contrôleurs aériens ont répondu présentes et feront grève mardi. Selon le Syndicat national des contrôleurs du trafic aérien (SNCTA), "il y a une vraie convergence de problématiques sur le pouvoir d'achat et les recrutements" alors que "les promesses ne sont jamais concrétisées depuis plus de huit mois".
Les syndicats de contrôleurs aériens réclament depuis des mois l'assurance ferme d'être exclus de la refonte du système de prime de la fonction publique, qui selon eux lèse leur pouvoir d'achat. Ils dénoncent aussi les suppressions d'effectifs opérées ces dernières années dans leur corps, de l'ordre de 1.000 postes supprimés en moins de 10 ans. La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies de supprimer 20% de leurs vols, préventivement alors qu'un porte-parole du SNCTA, pour qui le mouvement sera suivi, pronostique entre 40 et 50%.

Crèches, écoles, collèges...

L'intersyndicale contre la réforme du collège invite aussi les enseignants à manifester à Paris et en province alors qu'ils représentent 40% des 2,4 millions d'agents de la fonction publique d'État. Ce sera la quatrième grève contre la réforme du collège, prévue pour la rentrée 2016, après celles du 19 mai, 11 juin et 17 septembre. Est contestée notamment la part d'autonomie donnée aux collèges et la suppression d'une partie des classes bilangues qui proposent deux langues dès la sixième.
Dans la capitale, le cortège des enseignants des académies de Paris, Créteil et Versailles s'ébranlera à 13h30 de Port-Royal et rejoindra les autres fonctionnaires qui partiront de Montparnasse à 14h. Il devrait y avoir moins d'enseignants à Paris que lors de la manifestation nationale du samedi 10 octobre, dans la mesure où cette fois il y aura aussi des défilés en province. Dans l'éducation, de nombreuses crèches publiques, écoles maternelles ou élémentaires risquent d'être fermées même si les communes devront assurer un service minimum d'accueil.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grève Manifestations France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants