2 min de lecture Débat

Taha Bouhafs n'est "pas tout à fait" journaliste, estime Natacha Polony

ÉDITO - Le statut de journaliste du controversé Taha Bouhafs fait débat. Pour Natacha Polony, il faut savoir faire la différence entre "journaliste engagé et activiste".

oeil monde - L'oeil de... Natacha Polony & Andréa Bescond & Philippe Caverivière & Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
Taha Bouhafs : il n'est "pas tout à fait" journaliste, estime Natacha Polony Crédit Image : Capture d'écran Youtube | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission

Il y aurait beaucoup à dire sur l’incident contre Emmanuel Macron vendredi 17 janvier au théâtre des Bouffes du Nord. Et parmi les nombreuses questions, il y en a une qui revient de plus en plus souvent : c’est quoi, être journaliste ?

Résumons les faits : vendredi soir, Taha Bouhafs, jeune journaliste qui travaille pour Là-Bas si j’y suis, le site fondé par Daniel Mermet après son éviction de France Inter, tweete : "Je suis actuellement au théâtre des Bouffes du Nord. Trois rangées derrière le président de la République. Des militants sont quelque part dans le coin et appelle tout le monde à rappliquer. Quelque chose se prépare… la soirée risque d’être mouvementée." Il plaisante même avec ses abonnés pour savoir s’il doit ou non lui lancer sa chaussure comme ce journaliste irakien face à Georges W. Bush.

Taha Bouhafs est alors arrêté et placé en garde à vue pour organisation et participation à la manifestation. Et ce n’est pas la première fois que son cas agite la profession et les réseaux sociaux. Les uns le qualifient de "journaliste militant" ou de militant pas du tout journaliste. Les autres l’érigent en victime des persécutions du pouvoir.

On va mettre de côté les arguments lamentables de la députée LFI Danièle Obono qui explique que "ça en défrise beaucoup qu’un jeune homme arabe puisse avoir ce statut". Mais se pose la question de la nature de l’information et du rôle démocratique des médias.

À lire aussi
Michael Bloomberg dans le Tennessee, le 12 février Présidentielle américaine
Primaires démocrates : Michael Bloomberg entre dans l'arène avant "Super Tuesday"

Et donc, journaliste ou pas journaliste ? Taha Bouhafs se qualifie de "journaliste des luttes". Bref, un journalisme de parti pris. Évidemment, ses défenseurs rappellent son fait d’armes : il est l’auteur de la fameuse vidéo d’Alexandre Benalla frappant des manifestants. Mais filmer une scène, ce n’est pas être journaliste. Et à l’époque, il ne l’est pas. Il est activiste dans les mouvements sociaux, proche de Madjid Messaoudene, élu insoumis de Saint-Denis aux obsessions communautaires très marquées.

Alors, quelle différence entre le moment où il est engagé dans l’activisme politique et le moment où, parce qu’il est embauché par un site de presse, il devient journaliste ? C’est tout le débat.

Il y a une différence entre journaliste engagé et activiste.

Natacha Polony
Partager la citation

Il est militant ? C’est vrai. Mais le journalisme d’opinion, le journalisme engagé, est une tradition en France. Alors, certes, engagé, ce n’est pas exactement militant. Mais en matière de militantisme, on peut citer quelques confrères qui mettent toute leur ferveur à soutenir les pouvoirs en place.

Peut-on pour autant considérer Taha Bouhafs comme pleinement journaliste ? Pas tout à fait. Parce qu’il y a une différence entre journaliste engagé et activiste. La différence entre celui qui observe l’événement, avec sa subjectivité, et celui qui le crée. La différence entre celui qui considère que son rôle de journaliste est d’informer, de donner à comprendre, dans tous les domaines, et celui qui ne voit qu’une partie du réel et utilise les images et les textes pour faire avancer sa cause.

Or, très clairement, Taha Bouhafs fonctionne rigoureusement de la même façon maintenant qu’il se dit journaliste, qu’il ne le faisait quand il était activiste politique. Quand on est dans la mêlée, on ne voit qu’un point de vue. Ceci dit, son audience, il la doit surtout à la défiance des citoyens vis-à-vis des médias classiques. C’est donc à la profession de se remettre en cause.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Débat Journalisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants