1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Surfréquentation des montagnes : est-ce un danger ?
2 min de lecture

Surfréquentation des montagnes : est-ce un danger ?

Entre une fréquentation en hausse et le réchauffement climatique, les montagnes françaises souffrent de l'activité humaine.

Le massif des Écrins
Le massif des Écrins
Crédit : Serge Pueyo / RTL
Surfréquentation des montagnes : est-ce un danger ?
00:05:03
- édité par Robinson Hollanders

La montagne française représente 23 % du territoire en métropole, cinq millions de lits touristiques dans l'ensemble des massifs montagneux français. En été, la montagne attire des vacanciers de plus en plus nombreux. Car effectivement, le poids économique du tourisme de montagne est considérable, près de 9 milliards de chiffre d'affaires

D'ailleurs, ce n'est pas en hiver, mais en été que la fréquentation est la plus haute. Cinq milliards d'euros de recettes en été contre quatre en hiver. Cela dit, la montagne vient après d'autres destinations estivales, avec dans l'ordre, la mer, la ville, la campagne et puis enfin la montagne. Est-ce que cette fréquentation est un danger pour les écosystèmes ?

Christian Couloumy, chef de secteur au parc national des Écrins depuis plus de 40 ans, spécialistes des grands rapaces, explique les conséquences de ce tourisme : "Ce n'est pas forcément la quantité qui pose des problèmes, c'est la qualité. Je dirais que si les comportements sont adaptés à la montagne, si on arrive en montagne comme un invité et qu'on sait se tenir, c'est possible d'accueillir beaucoup de monde."

Les glaciers fondent

Malheureusement, il explique "qu'avec le Covid, beaucoup de gens se rabatte sur la montagne ces dernières années, avec un pic, notamment dans les Écrins et qui a causé des problèmes. Parce que les gens arrivent et ne connaissent pas les codes de la montagne, ils font du bruit, ils jettent leurs papiers. C'était un peu compliqué. Donc je pense que plus que le nombre, réellement, c'est une question de comportement du public."

À écouter aussi

Mais peut-être plus grave que la surpopulation et la surfréquentation, le réchauffement climatique. Christian Couloumy expose ces problèmes, "les signes les plus visibles, sans doute, sont le recul des glaciers, qui est vraiment très important, très spectaculaire dans toutes les vallées alpines et en France particulièrement. Et le grand glacier, le plus grand glacier du sud de notre pays, le glacier Blanc, a reculé de plus d'un kilomètre en distance de front. Et puis l'épaisseur a également beaucoup réduit." 

C'est indéniable, "on doit le rattacher aujourd'hui au réchauffement climatique", explique-t-il.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/