3 min de lecture Activité économique

Sous la pression du gouvernement, PSA renonce à faire venir des salariés polonais

Le groupe PSA avait annoncé vouloir faire venir certains de ses ouvriers polonais pour renforcer les équipes de l'usine d'Hordain, dans le Nord. Il a finalement abandonné l'idée.

L'usine de PSA Peugeot-Citroën de Poissy, dans les Yvelines
L'usine de PSA Peugeot-Citroën de Poissy, dans les Yvelines Crédit : SIPA
photo camille
Camille Sarazin et AFP

Le groupe automobile PSA a finalement fait machine arrière samedi. Sous la pression du gouvernement, il a renoncé à faire venir en France certains de ses ouvriers polonais pour renforcer les équipes de son usine d'Hordain, dans le Nord.

"Compte tenu de l'émotion que ce sujet suscite", ce que "nous comprenons dans le contexte actuel du pays", "nous avons travaillé à une solution alternative", permettant "de monter cette équipe supplémentaire" finalement constituée "majoritairement d'intérimaires", a déclaré le responsable communication de PSA Hordain, Jean-Pierre Papin.

Cette équipe, qui sera composée de quelque 530 personnes, comprendra toutefois "quelques collègues" d'usines PSA européennes "qui continuent de subir les effets de cette crise et pour qui il s'agit d'une solution solidaire afin de leur permettre d'avoir une activité", a-t-il ajouté.

"Tout faire pour protéger l'emploi en France"

Cette prise de parole est intervenue de longues heures après l'annonce par Bercy d'un renoncement pur et simple à ce projet par le patron du groupe, Carlos Tavares, au terme d'un entretien avec le ministre de l'Économie Bruno Le Maire.  "Le ministre a eu Carlos Tavares ce matin, les deux hommes s'entendent bien, ça a été une discussion constructive et M. Tavares s'est engagé à revenir sur cette décision", a déclaré Bercy.

À lire aussi
Un homme se prépare pour la réouverture de son commerce, le 11 mai (illustration) Coronavirus France
Déconfinement : quand les commerces vont-ils rouvrir ?

Le gouvernement était monté au créneau vendredi soir pour déminer ce sujet sensible, au lendemain de l'annonce par l'Insee de la destruction de près d'un demi-million d'emplois dans le secteur privé, un drame social provoqué par un effondrement de 40% de l'intérim sous l'effet des mesures de confinement prises pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. Les ministres du Travail et de l'Economie, Muriel Pénicaud et Bruno Le Maire, avaient alors demandé à PSA "d'embaucher en priorité les intérimaires" et de "renoncer" à ce projet annoncé la veille par la direction à l'issue d'un CSE.

"Dans la situation actuelle, les entreprises doivent tout faire pour protéger l'emploi en France", a estimé le gouvernement. La direction avait fait savoir aux élus syndicaux qu'un "premier contingent" de 120 Polonais de l'usine de Gliwice - produisant des Opel Astra - allait arriver, puis que 150 autres les rejoindraient la semaine suivante, tous pour une mission de trois mois, logés par l'entreprise dans la région et payés selon la convention collective française du secteur.

"Rester hyper vigilants"

Un CSE extraordinaire doit entériner cette nouvelle option, lundi matin, dans le Nord, a indiqué Franck Théry secrétaire général de la CGT PSA d'Hordain. La CFE-CGC PSA a salué une solution "socialement responsable", tout en soulignant que l'usine Gliwice de PSA "est la seule usine du groupe qui n'a pas encore retravaillé suite au confinement". "Il ne faut pas non plus laisser ces salariés dans une situation de précarité. Le groupe PSA est une entreprise avec une forte empreinte européenne, la responsabilité sociale au niveau européen en découle", a conclu le syndicat.

"C'est une victoire mais elle doit en appeler d'autres. On va rester hyper vigilants. La venue des travailleurs polonais à PSA Hordain est annulée, (...) mais on va continuer à se battre pour que ce soit le cas aussi ailleurs", en Moselle par exemple, a déclaré Fabien Roussel, secrétaire national du PCF et député du Nord.

Dans l'usine mosellane de Trémery, qui emploie "une quinzaine" de salariés du site de Mulhouse en renfort, "on a annoncé qu'on réfléchissait à faire venir des employés d'autres sites PSA de France et de l'étranger" sur la base du volontariat, notamment des ouvriers allemands, a indiqué une porte-parole de l'usine PSA de Tremery et du site voisin de Metz, qui fait travailler 50 ouvriers polonais de l'usine de Gliwice.

PSA avait justifié sa décision de faire appel à ses salariés polonais en expliquant que la "crise économique brutale" générée par l'épidémie de Covid-19 nécessitait "de réagir avec agilité et efficience, afin d'assurer la pérennité du groupe PSA". "On est au stade de chercher des solutions pour trouver des gens pour rejoindre nos équipes qui ne sont pas au complet, sans faire appel à des intérimaires" puisqu'il y a encore des mesures de chômage partiel dans le groupe, selon les fonctions et les sites, a indiqué la porte-parole de Metz.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Activité économique Économie Pologne
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants