1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Sortie du chauffage au fioul : quelles conséquences sur l’emploi ?
1 min de lecture

Sortie du chauffage au fioul : quelles conséquences sur l’emploi ?

INVITÉ RTL - Frédéric Plan, le délégué général de la Fédération française des combustibles, carburants et chauffages s’insurge contre la volonté du gouvernement de sortir du chauffage au fioul.

Un appartement alimenté en fioul pour son chauffage domestique (illustration).
Un appartement alimenté en fioul pour son chauffage domestique (illustration).
Crédit : PATRICK PLEUL / dpa-Zentralbild / dpa Picture-Alliance
Sortie du chauffage au fioul : quelles conséquences sur l'emploi ?
06:19
Sortie du chauffage au fioul : quelles conséquences sur l'emploi ?
06:19
Yves Calvi & Paul Véronique

Le Premier ministre Édouard Philippe souhaite que la France sorte du chauffage au fioul d’ici dix ans. Mais quelles sont les conséquences potentielles de cette annonce faite mercredi 14 novembre sur RTL ? Selon Frédéric Plan, le délégué général de la Fédération française des combustibles, carburants et chauffages, la nouvelle passe mal dans le secteur mis en cause.

"Il était difficile de réagir hier, autrement que par une stupéfaction. Stupéfaction partagée par l’ensemble des entreprises concernées qui nous ont fait part de leur incrédulité. Elles sont au nombre de 1.600 et représentent 14.000 emplois", explique-t-il ébahi au micro de RTL.

D’après le délégué général, c’est d’abord une mauvaise nouvelle sur le front de l’emploi. "Cette annonce pourrait entraîner des pertes considérables. Non pas les 14.000 emplois, mais au moins, plus de la moitié. En effet, les entreprises ont d’autres activités. Cependant quand on retire deux pieds à une chaise, en général, elle tombe".

Une absence de concertation préalable ?

Un des autres problèmes selon Frédéric Plan, c’est qu'il n’a pas été sollicité en amont quant à ce projet du gouvernement, et l’a découvert en direct mercredi matin à l’antenne de RTL. "À notre connaissance et après avoir regardé hier, nous ne connaissons pas l’existence d’études de faisabilité, d’études d’impact, ni même de cohérence", indique-t-il à notre antenne.

À lire aussi

"Cela étant il n’y a pas que nous, ajoute le délégué général. Les emplois induits par ces activités - que ce soit les constructeurs de camions-citernes, les constructeurs de cuves, les constructeurs de chaudières, les installateurs de chauffage - n’ont pas non plus été informés de quoi que ce soit, avant cette annonce particulièrement brutale et stupéfiante."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/