1 min de lecture

À Sivens la "crise risque de durer"

Les opposants locaux au projet de barrage ont prévenu que la "crise de Sivens risque de durer".

Un zadiste évacué par un gendarme sur le site de projet de barrage à Sivens, dans le Tarn.
Un zadiste évacué par un gendarme sur le site de projet de barrage à Sivens, dans le Tarn. Crédit : PASCAL PAVANI / AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Après une décision du Conseil général qui sème "le doute" la "crise de Sivens (Tarn) risque de durer", a averti vendredi une coordination d'opposants locaux au projet de barrage contesté.

"Les organisations opposées au barrage accepteront un nouvel ouvrage seulement si des études complémentaires concluent de manière objective que l'existant sous-utilisé et les pratiques économes en eau ne sont pas suffisants", prévient la coordination regroupant le Collectif Testet, FNE Midi-Pyrénées et la Confédération Paysanne.

"Pourquoi se précipiter dès maintenant sur le choix d'un nouvel ouvrage alors que plus de 2 millions de m3 de stockage d'eau sur le bassin du Tescou ne sont pas utilisés chaque année ?", se demandent les opposants après le vote du Conseil général. Les élus ont accepté de revoir à la baisse le projet de retenue d'eau, comme le demandait la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, mais sans préciser ni le nouveau volume ni son emplacement exact.

Ségolène Royal veut reculer l'ouvrage de 300m

Le Conseil a cependant indiqué que des "études complémentaires" seraient engagées sur une solution présentée mi-janvier par Mme Royal et qui consistait en une retenue d'eau réduite de moitié (750.000 m3 contre 1,5 million) et située toujours à Sivens mais 330 mètres en amont du site initial.

"Le redimensionnement n'est pas précisé ni la localisation de l'ouvrage en dehors du fait qu'il sera sur 'la zone du projet'. Afin de minimiser l'impact sur la zone humide et d'éviter des travaux là où Rémi Fraisse a été tué, la ministre soutenait l'idée de reculer l'ouvrage de 300 m. Les 43 élus ne s'engagent pas dans ce sens. Cela crée aussi un doute sur la volonté du Conseil Général de réhabiliter la zone humide" de Sivens, critique la coordination d'opposants.

"Nous espérons que la prochaine assemblée départementale, qui sera forcément différente de celle-ci, saura enfin écouter nos organisations, légitimées par les experts et la Commission européenne, sinon la 'crise de Sivens' risque de durer malheureusement encore longtemps", ajoutent les opposants, en référence à la procédure d'infraction lancée en novembre dernier par l'Union européenne contre la France pour non-respect de la directive sur l'eau.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7776914518
À Sivens la "crise risque de durer"
À Sivens la "crise risque de durer"
Les opposants locaux au projet de barrage ont prévenu que la "crise de Sivens risque de durer".
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/sivens-la-crise-risque-de-durer-7776914518
2015-03-06 18:40:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/FJbrGWWKhWow4EnN8ke7Lg/330v220-2/online/image/2015/0306/7776914564_000-par8114599.jpg