1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Simone Veil : "C'était une femme remarquable", salue Valéry Giscard d'Estaing
1 min de lecture

Simone Veil : "C'était une femme remarquable", salue Valéry Giscard d'Estaing

INVITÉ RTL - L’ancien président de la République a salué la mémoire de sa ministre de la Santé.

Valéry Giscard d'Estaing et Simone Veil à l'Académie française le 18 mars 2010.
Valéry Giscard d'Estaing et Simone Veil à l'Académie française le 18 mars 2010.
Crédit : NIVIERE/SIPA
Simone Veil "était une femme remarquable", salue Valéry Giscard d'Estaing
05:09
ARCHIVES RTL - Simone Veil "était une femme remarquable", salue Valéry Giscard d'Estaing (30/06/2017)
05:08
micros
La rédaction numérique de RTL

Simone Veil est décédée ce vendredi 30 juin à l'âge de 89 ans. La Centriste était ministre de la Santé sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing lorsqu’elle a défendu l'emblématique loi Veil pour légaliser l’avortement. "C’était une vie extraordinaire", se souvient le troisième chef d’État de la Ve République, "et il se trouve que j’ai été mêlé à plusieurs étape de sa vie". L’ancien président révèle que le souvenir de la déportation n’a jamais quitté Simone Veil pendant toute sa vie. "Elle souffrait constamment de son épreuve à Auschwitz", confie-t-il, "elle avait refusé de m’accompagner quand j’ai voulu me rendre à Auschwitz en tant que président".

Lors de leur première rencontre, lorsque Valéry Giscard d'Estaing forme son premier gouvernement, l’académicien confie qu’il avait été séduit par "une femme remarquable". “Pendant ma campagne, à un moment où la situation des femmes qui se faisaient avorter était devenue tout à fait insupportable et dramatique, j’avais annoncé que si j'étais élu, je déposerais une loi pour rendre l’avortement possible sous certaines conditions", rapporte Valéry Giscard d'Estaing.

"Il a fallu défendre le texte au Parlement, et il n’y avait personne. Le ministre de la Justice, qui aurait dû défendre le texte, était un MRP, de culture chrétienne et il m’a dit que pour lui ça serait trop difficile", raconte l’ancien Président, "si ce n’était pas le ministre de la Justice, il fallait que ce soit le ministre de la Santé. Je lui ai demandé et elle l’a fait avec beaucoup de dignité et de courage."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/