1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Sida : les essais d'un nouveau vaccin sont "une bonne nouvelle" pour Gilles Pialoux
1 min de lecture

Sida : les essais d'un nouveau vaccin sont "une bonne nouvelle" pour Gilles Pialoux

INVITÉ RTL - Après de nombreux "espoirs déçus", l'infectiologue espère que le vaccin à ARN messager développé par Moderna permettra enfin d'avancer dans la lutte contre le VIH.

Le Pr Gilles Pialoux, chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Tenon.
Le Pr Gilles Pialoux, chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Tenon.
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Lutte contre le sida : Moderna annonce le lancement des essais de son nouveau vaccin
00:08:24
Lutte contre le sida : Moderna annonce le lancement des essais de son nouveau vaccin
00:08:24
Jérôme Florin - édité par Florine Boukhelifa

Bientôt et enfin un vaccin contre le virus du sida ? Le laboratoire Moderna a annoncé le lancement jeudi 19 août de ses premiers essais cliniques grâce à la technique de l'ARN messager, déjà utilisée dans certains vaccins contre le coronavirus. "C'est une bonne nouvelle, mais qu'il faut prendre avec prudence", réagit Gilles Pialoux, infectiologue et vice-président de la Société française de lutte contre le sida.


"C'est le tout début du processus", explique l'infectiologue. "En phase 1, on teste la réponse immunitaire et la tolérance sur plusieurs dizaines de volontaires sains qui ont été sélectionnés, en l'occurence 56 pour ces essais", détaille-t-il. Il s'agit d'une étape importante, pendant laquelle les scientifiques espèrent voir se développer des anticorps et des cellules protectrices contre le sida, avant l'extension à plusieurs centaines de volontaires lors de la phase 2 et enfin, la plus importante, la confrontation avec le virus lors de la phase 3.

Actuellement, 38 millions d'individus vivent avec le VIH. Avec 2 millions de nouveaux malades et 800.000 morts chaque année, l'annonce de Moderna constitue un nouvel espoir, même s'il y a eu "beaucoup d'espoirs déçus" dans le passé, rappelle Gilles Pialoux. Il faudra également faire preuve de patience, car ces essais seront menés sur plusieurs années. "On est sur une échelle de cinq à dix ans", précise l'infectiologue pour qui "cette crise et cette galère du coronavirus aura au moins permis d'amener des éléments positifs sur d'autres pathologies".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.