2 min de lecture Égalité hommes-femmes

Sexisme et violences sexuelles : la restauration pas épargnée

"Libération" évoque ce vendredi 23 octobre le mouvement #MeToo qui a gagné la restauration, où le sexisme persiste et les violences sexuelles sont fréquentes.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Sexisme et violences sexuelles : la restauration pas épargnée Crédit Image : MYCHELE DANIAU / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Olivier Boy
Olivier Boy édité par Maeliss Innocenti

Le phénomène #MeToo qui gagne nos grands restaurants. C'est le journal Libération qui dresse, en Une ce vendredi 23 octobre au matin, un portrait peu ragoutant des arrière-cuisines de certains de nos grands restaurants quand on en vient à parler du traitement réservé aux femmes. "Violences sexistes et sexuelles casserole en cuisine", c'est le titre de ce dossier.

La première phrase de l'article a le mérite de planter le décor avec le témoignage de Julie : "Dans le milieu, tu es constamment en train de repousser des avances."
 
L'ambiance dans les restaurants est décrite comme très particulière, très masculine d'abord, avec beaucoup de pression, des rapports hiérarchiques parfois très durs. Mais en même temps un milieu très cloisonné où l'on vit un peu en vase clos avec les horaires décalés et le stress. Il y a cette pression également pour faire la fête, pour sortir, sous peine de passer, surtout pour les femmes, pour la rabat-joie de service.

Des schémas sexistes qui se répètent

Les femmes interrogées par le journal décrivent aussi ces plaisanteries graveleuses, trop systématiques. Laetitia explique qu'un jour, alors qu'elle se penche sur la table pour terminer son plat, la blague fuse aussitôt de la part de son chef direct. Elle parle de la difficulté de réagir quand on est la seule femme et que tout le monde rigole. Nora, de son côté, explique avoir décidé, pour tenter de s'assurer le moins de réflexions possibles, de gommer au maximum sa féminité.

Libération le dit dans son édito, en substance, il ne s'agit pas de jeter tout le métier en pâture mais de s'interroger sur les us et coutumes d'un milieu encore une fois très particulier, où certains chefs se font un devoir de reproduire des schémas immuables, et où il faut former les jeunes à la dure. Mais là où les hommes doivent parfois supporter des chefs tyranniques aboyant des ordres par principe indiscutable, les femmes en plus doivent faire face à une misogynie là encore trop souvent inscrite dans les mœurs.

Des témoignages que l'on retrouve partout

À lire aussi
Une personne en train de faire le ménage dans son appartement (Illustration) égalité hommes-femmes
Coronavirus : comment l'épidémie a augmenté la charge à domicile pour les femmes

Il s'agit d'autant moins de faire le procès de la seule restauration que ce genre de témoignages on les a entendus dans le milieu du cinéma, de la musique, dans les médias. Le mouvement #MeToo a amorcé dans ces milieux un tournant ou une prise de conscience. La même chose est en train de se produire dans les restaurants.
 
Le métier se féminise. Des grands chefs comme Thierry Marx, qui témoigne dans l'article, ont pris conscience du problème. Pour lui, les patrons doivent tout de suite poser les limites et imposer "une étiquette" que ce soit entre collègues du même rang ou dans les rapports avec les responsables.
 
Les réseaux sociaux sont passés par là. Le compte Instagram "je dis non chef" est suivi par 30.000 personnes. Et les écoles hôtelières affirment avoir pris en compte le phénomène même si le chemin est encore long.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Égalité hommes-femmes Sexisme Violence
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants