1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Semaine nationale du Rein : quelles spécificités sur la santé des femmes ?
3 min de lecture

Semaine nationale du Rein : quelles spécificités sur la santé des femmes ?

ECLAIRAGE - La Semaine nationale du Rein, organisée par l'association France Rein, aura lieu du 3 au 10 mars 2018. Cette treizième édition met l'accent sur les problématiques spécifiques aux femmes.

La Semaine nationale du rein a lieu du 3 au 10 mars 2018
La Semaine nationale du rein a lieu du 3 au 10 mars 2018
Crédit : iStock / Getty Images Plus
Arièle Bonte
Arièle Bonte

"Les femmes ont certains privilèges et certains désavantages" concernant leur santé rénale, explique d'emblée la néphrologue Isabelle Tostivint. Pour sensibiliser sur ces problématiques très spécifiques, l'association France Rein organise sa treizième Semaine nationale du rein, du 3 au 10 mars prochain. 

Objectifs : mettre l'accent sur cette thématique, sensibiliser le grand public à l'occasion de rencontres, colloques tables rondes à travers la France et encourager les femmes comme les hommes à se faire dépister sur tout le territoire.

Les maladies rénales concernent une personne française sur dix. Les femmes sont moins touchées que les hommes par l'insuffisance rénale mais sont en revanche exposées à des risques qui sont propres à leur sexe et qui peuvent contribuer à des problèmes de fertilité, par exemple. Mise au point avec la docteure Isabelle Tostivint. 

Les infections urinaires, un mal plus féminin

2 millions d'infections urinaires par an sont contractées par les Françaises. "C'est beaucoup plus que les hommes", affirme la spécialiste.

À lire aussi

En cause ? Une mauvaise habitude pour les petites filles qui apprennent à "se retenir dès le plus jeune âge" pour ne pas avoir à utiliser les toilettes de l'école et une "origine biologique". Les parties génitales des femmes sont proches de l'anus et l'urètre plus petit que celui de son homologue masculin. Les germes remontent alors plus facilement jusqu'à la vessie. 

Des symptômes sous estimés

Quels sont les signes d'une insuffisance rénale ? "De très grandes fatigues, des douleurs lombaires et de la fièvre", détaille la néphrologue. "Malheureusement, la grande fatigue est mal prise en charge par la médecine masculine et elles sont moins bien diagnostiquée que les hommes", souligne-t-elle ensuite. 

À l'occasion de la Semaine nationale du rein, les femmes vont cependant pouvoir prétendre à une analyse d'urine, une mesure de leur pression artérielle ("normalement plus basse que celle des hommes") et un questionnaire "très précis", ajoute Isabelle Tostivint, afin de se faire dépister (ou non) un problème rénal. 

Une automédication dangereuse

Si vous développez ces syndromes, Isabelle Tostivint conseille une consultation "en urgence pour faire des prélèvements et adapter son antibiotique au germe coupable et épargner les autres".

Bannissez les anti-inflammatoires, prévient la spécialiste avant d'affirmer que "l'automédication est plus importante chez les femmes que chez les hommes". Le risque ? Viser le mauvais germe coupable d'une infection, par exemple, et empirer le tout. 

Le "cumul de compléments alimentaires tels que la vitamine D et la vitamine C" présente également un risque d'augmenter les complications rénales, assure la docteure avant d'ajouter que cette corrélation est peu étudiée mais constatée par les spécialistes au quotidien. 

La grossesse comme facteur déclencheur

"Les femmes ont le privilège d'enfanter mais il se paye très cher pour certaines patientes, notamment dans certaines régions du globe", explique Isabelle Tostivint. Les hémorragies dites de la "délivrance" peuvent en effet "détruire les reins".

Pour les femmes dialysées, elles développent d'abord un risque de stérilité. Ensuite, la grossesse s'avère très éprouvante pour elles puisqu'elles doivent passer par une dialyse tous les jours pendant la durée totale de leur grossesse. Ce qui veut dire, trois à quatre heures par jour, pendant 9 mois, immobilisées à l'hôpital. 

Les jeunes femmes, cible privilégiée du lupus

"Le lupus est une maladie auto-immune qui touche 9 fois sur 10 des jeunes femmes", explique Isabelle Tostivint avant de nommer Selena Gomez, la chanteuse et actrice américaine qui a médiatisé sa récente greffe de rein sur Instagram, dans un post aimé plus de 10,5 millions de fois.

"Elle nous a fait gagner des heures d'explication", assure la spécialiste qui salue la démarche de la jeune femme. La Semaine nationale du rein devrait en faire gagner quelques autres. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/