1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Sécurité aérienne : comment se passent les interceptions d'avions ?

Sécurité aérienne : comment se passent les interceptions d'avions ?

ÉCLAIRAGE - La Biélorussie déclare avoir intercepté le Boeing de Ryanair pour une alerte à la bombe. Mais cela est-ce possible ?

L'avion RyanAir intercepté à Minsk le 23 mai 2021
L'avion RyanAir intercepté à Minsk le 23 mai 2021
Crédit : ONLINER.BY / AFP
Sécurité aérienne : comment se passent les interceptions d'avions ?
01:51
Arnaud Tousch
Arnaud Tousch
Journaliste

Dimanche, la Biélorussie a intercepté un Boeing de Ryanair, avec pour conséquence l'interpellation d'un opposant politique qui était à bord. La Biélorussie explique avoir intercepté cet avion à la suite d'une alerte à la bombe. Mais comment cela se passe-t-il dans ces cas-là, en vol ? 

Déjà, les pilotes ont deux moyens pour être prévenus. Il y a d'abord la tour de contrôle qui peut transmettre des indications sur une menace, mais il y a aussi la compagnie aérienne qui évalue une menace depuis son centre des opérations et qui peut envoyer un message dans le cockpit. 

Dans tous les cas c'est le commandant de bord qui décide. C'est lui par exemple qui va transmettre son intention à la tour de contrôle de se poser dans tel ou tel aéroport. Les pilotes sont formés pour ces cas de figure et ont des procédures très claires à respecter selon le niveau de menace.

Dans le cas d'une interception militaire, c'est un autre schéma. En effet, si un avion militaire va à la rencontre d'un avion civil, cette fois-ci le commandant de bord sera dans l'obligation de suivre les instructions militaires. Là encore les règles sont très claires et enseignées lors de la formation des pilotes. Les deux avions peuvent communiquer par radio.

Des interceptions fréquentes

À lire aussi

Même en France, ce type d'interception existe, mais évidemment les motifs ne sont pas les mêmes. Dans la majorité des cas, il s'agit d'avion sans contact radio et qui ne suivent pas leurs plan de vol. En France par exemple, des avions militaires sont disponibles 24h sur 24h pour aller à la rencontre de ces avions qui ne répondent pas.

L'une des dernières opérations c'était en mars dernier : un hélicoptère ne s'était pas correctement identifié en s'approchant de Paris. Cela a déclenché le décollage d'un mirage 2000 et d'un hélicoptère de l'armée pour le suivre jusqu'à l'atterrissage.

Et même en cas de problème radio, il est possible de communiquer. Il y a une sorte de langage aérien entre les deux avions. L'intercepteur va par exemple demander à l'intercepté de le suivre grâce à un battement d'aile et un clignotement des feux. L'intercepté répondra par un battement d'aile pour dire qu'il a bien compris.

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/