1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Savoie : la justice oblige le maire d'Albertville à construire une école musulmane
1 min de lecture

Savoie : la justice oblige le maire d'Albertville à construire une école musulmane

Le maire d'Albertville (Savoie) exprime sa colère après avoir été obligé par la justice de valider le permis de construire d'une école musulmane, portée par la Confédération Islamique Millî Görüş (CIMG).

Des parents et des enfants, devant une école de Toulouse, après le déconfinement, le 22 juin 2020.
Des parents et des enfants, devant une école de Toulouse, après le déconfinement, le 22 juin 2020.
Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP
Savoie : la justice oblige le maire d'Albertville à construire une école musulmane
01:33
Savoie : la justice oblige le maire d'Albertville à construire une école musulmane
01:33
Serge Pueyo

Un projet de construction met le maire d'Albertville en colère. Il ne veut pas d'une école musulmane dans sa commune. Du moins pas de cette école, portée par la CIMG, Confédération Islamique Millî Görüş, proche de la Turquie, déjà à l'origine du projet de mosquée à Strasbourg, et dont les dirigeants ont refusé de signer la charte des valeurs de la République. Ici, la justice a obligé le maire à valider le permis de construire.
Frédéric Burnier Framboret s'estime impuissant. "Cette école de 400 élèves va clairement créer la disparition d'autres écoles publiques républicaines. C'est notre travail de tous les jours de permettre à tous les enfants d'avoir une éducation libre, éclairée, laïque et républicaine. Ce ne sera pas le cas puisque cette école est une école hors contrat", déclare le maire d'Albertville. La spécificité de cette école hors contrat, "on n'a aucun moyen de vérifier ce qui va y être enseigné, et c'est là le problème", admet le maire.

"Après m'être pas mal renseigné, avoir lu beaucoup de choses sur ce qu'était le CIMG en France et en Europe, ne m'a pas rassuré. Le CIMG a refusé la charte sur le principe d'Islam de France, ça ne rentre pas dans les cases de notre République", affirme-t-il. Il y a "danger" pour Frédéric Burnier Framboret. "Ce que je souhaite c'est qu'il y ait une loi qui permette d'accompagner les maires qui se retrouvent dans cette situation-là et qui pourrait donner le pouvoir par exemple aux préfets de contrer ce genre d'installation," propose l'édile. Car pour lui, cette école "pourrait nuire à l'équilibre complet du système éducatif."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/