2 min de lecture Société

Sans-abri : l'État prévoit 14.000 places d'hébergement pour cet hiver

L'Etat prévoit 14.000 places d'hébergement d'urgence supplémentaires, un effort qui reste insuffisant pour les associations inquiètes du nombre "inacceptable" de personnes à la rue.

Un SDF dans la rue (illustration)
Un SDF dans la rue (illustration) Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Louis Rigaudière et AFP

Un chiffre fortement contesté. Pour mettre à l'abri les SDF cet hiver, l'Etat prévoit 14.000 places d'hébergement d'urgence supplémentaires, en plus des 146.000 places d'hébergement d'urgence ouvertes toute l'année

Ces 14.000 places seront mobilisables au cours de l'hiver entre le 1er novembre et le 31 mars, a annoncé le ministre du Logement Julien Denormandie sur France Info.

Un dispositif d'ampleur similaire à celui de l'an dernier, qui doit atteindre son plein régime en cas de grand froid. L'Île-de-France, région la plus précaire, comptera 7.000 de ces 14.000 places hivernales supplémentaires, a précisé le ministère. 

L'enjeu est également d'aller vers les très grands exclus, ces sans-abri qui ont renoncé à appeler le Samu social au 115 pour demander un hébergement. Pour cela, le gouvernement consacrera cinq millions d'euros aux maraudes des associations, et quatre millions pour améliorer les accueils de jour, selon le ministère.

Une situation "dramatique"

À lire aussi
Un ticket d'Euromillions française des jeux
Euromillions : les résultats du tirage du vendredi 3 avril 2020

Des annonces accueillies avec circonspection par les associations d'aide aux plus démunis. "Par rapport à l'étendue des besoins, il y a de fortes chances que beaucoup de personnes restent à la rue cet hiver", estime Christophe Robert, le délégué général de la Fondation Abbé Pierre et porte-parole du Collectif des associations unies (CAU), qui rassemble 36 organisations du secteur. La situation est "dramatique", selon le collectif : à Paris avant l'hiver, 1.600 personnes en famille appellent chaque jour le 115 sans obtenir de solution, soit trois fois plus qu'il y a quatre ans. Les hôtels sociaux, censés pallier les manques des centres d'hébergement d'urgence, sont saturés.

Face à l'urgence de la situation, le ministère du Logement insiste sur la "priorité donnée, aux familles, aux femmes et aux enfants", qui ne doivent pas rester à la rue. "Personne ne peut être contre cette idée, mais en creux, on dit déjà qu'on va trier les sans-abri", alerte M. Robert. Une pratique qui viole le principe d'inconditionnalité de l'accueil, mais qui a déjà commencé, selon certaines remontées des travailleurs sociaux. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Sans-abri Etat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants