1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Samuel Paty : une minute de silence "réductrice et méprisante", juge un professeur
1 min de lecture

Samuel Paty : une minute de silence "réductrice et méprisante", juge un professeur

INVITÉ RTL - Christophe Naudin professeur d'histoire-géographie à Arcueil, juge la minute de silence pour Samuel Paty "réductrice et méprisante". "Tout le côté solennel de l'hommage et pédagogique est réduit à portion congrue", selon lui.

De nombreux hommages ont été rendus à Samuel Paty, professeur assassiné le 16 octobre 2020
De nombreux hommages ont été rendus à Samuel Paty, professeur assassiné le 16 octobre 2020
Crédit : FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Samuel Paty : une minute de silence "réductrice et méprisante", juge un professeur
05:53
Julien Sellier - édité par William Vuillez

Finalement, la rentrée scolaire de ce lundi 2 novembre ne sera pas décalée à 10h dans les établissements scolaires, qui rendront tout de même hommage à Samuel Paty, par le biais d'une minute de silence. Minute de silence jugée insuffisante par certains enseignants qui ont décidé de faire grève ce lundi matin. C'est le cas de Christophe Naudin, professeur d’histoire-géo à Arcueil et auteur du Journal d’un rescapé du Bataclan aux éditions Libertalia.

Il juge la minute de silence pour Samuel Paty "réductrice et méprisante". "Je l'ai ressenti comme ça et je suis loin d'être le seul", explique-t-il sur RTL. "Les conditions sanitaires on peut les comprendre mais de toute façon il y aura des attroupements donc je pense que ce n'est pas une bonne raison". 

Le professeur dénonce en effet que "tout ce qui était l'intérêt de cet hommage c'est-à-dire ce premier temps où on se retrouvait entre nous pour se recueillir et ensuite le deuxième temps d'échange et d'écoute des élèves et à la fin cette minute de silence, est réduit à cette seule minute de silence (...) Tout le côté solennel de l'hommage et pédagogique est réduit à portion congrue".

La menace terroriste "ne m'empêche pas de travailler"

L'important selon Christophe Naudin, c'est le dialogue avec les jeunes. "Ils ont besoin de s'exprimer notamment au collège et lycée", poursuit le rescapé du Bataclan. La menace terroriste "ne m'empêche pas de travailler heureusement, mais oui on vit un peu dans cette menace et l'attentat de Samuel Paty l'a rendu encore plus concrète". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/