2 min de lecture Salon de l'agriculture

Salon de l'agriculture : la start-up Ynsect veut nourrir les animaux avec des insectes

Au Salon de l'agriculture, la start-up française Ynsect présente ses protéines d'insectes destinées à l’alimentation animale et aux engrais organiques.

Economie - L'Angle Éco Bénédicte Tassart
>
Salon de l'agriculture : la start-up Ynsect veut nourrir les animaux avec des insectes Crédit Image : FRANCOIS LO PRESTI / AFP | Crédit Média : RTL | Date : La page de l'émission
245 _TASSART
Bénédicte Tassart
édité par Salomé De Vera

L'idée est simple : des insectes destinés à devenir un ingrédient de la croquette animale ou de l'engrais pour plantes. Des insectes transformés que les entreprises de nourriture pour poissons, chats et chiens achèteront à Ynsect. Cette marque innovante est présente sur le stand de la Ferme Digitale au Salon de l'agriculture, elle fait le buzz en ce moment car elle vient de récolter 110 millions d'euros, la plus grosse levée de fonds dans le secteur de la technologie agricole. De l'argent qui va servir à faire sortir de terre une usine de production d'insectes dans la périphérie d'Amiens Nord. "2019, on attend les autorisations administratives, 2020 construction du site, 2021, pic de production" se projette Antoine Hubert, le président et l'un des quatre fondateurs. 

Quelles sortes d'insectes peut-on transformer en nourriture ? Le Tenebrio Molitor, un ver à farine qui se transforme en petit scarabée, une espèce à haute teneur en protéines et qui se reproduit vite, qui n'a pas besoin de beaucoup d'eau ou d'énergie et qui génère très peu de déchets. 

C'est pour cela qu'il a été repéré par ces quatre amis à la tête d'Ynsect depuis 2011, date de la première installation au Genopole d'Evry, là où on trouve le siège, le centre de recherche. Deuxième étape, une unité de démonstration à Dole, dans le Jura, pour passer du métier de chercheur à celui d'éleveur. Et aujourd'hui, 25 brevets plus tard, destination Amiens, dans une région céréalière pour nourrir ces petites bêtes. L'usine qui produira 80 fois plus de protéines d'insectes qu'à Dole, sur un terrain de 18 hectares. L'entreprise emploie aujourd'hui un peu plus de 100 personnes mais voit grand : 70 salariés devraient être embauchés pour commencer à Amiens. 

"Avoir un impact positif sur l'environnement"

Grandir vite, c'est le but de ces quatre amis. Le premier, président, le deuxième, vice-président chargé de l'informatique et du marketing, le troisième, pour la recherche et le développement et le dernier, pour les ressources humaines. 

À lire aussi
Jacques Chirac inaugurant le Salon le 3 mars 2007 Mort de Chirac
Mort de Chirac : "notre meilleur ambassadeur" pour les tripiers de France

"Il faut grossir rapidement si on veut avoir un impact positif sur l'environnement", insiste Antoine Hubert, qui regarde déjà pour implanter des usines à insectes aux États-Unis pour nourrir les saumons, ou en Amérique centrale pour approvisionner en nourriture les crevettes. En attendant, il est possible de découvrir cette entreprise française étonnante au Salon de l'agriculture. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Salon de l'agriculture Économie Agriculture
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants