1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Salah Abdeslam arrêté : les 4 zones d'ombre qui restent à éclaircir à propos du 13 novembre et de sa cavale
4 min de lecture

Salah Abdeslam arrêté : les 4 zones d'ombre qui restent à éclaircir à propos du 13 novembre et de sa cavale

ÉCLAIRAGE - Le parcours exact de Salah Abdeslam durant la nuit des attentats et celui réalisé pendant sa cavale doivent encore être reconstitués.

Le Stade de France au soir des attentats à Paris, le 13 novembre 2015
Le Stade de France au soir des attentats à Paris, le 13 novembre 2015
Crédit : FRANCK FIFE / AFP
Julien Absalon
Julien Absalon

Avec l'arrestation de Salah Abdeslam, l'enquête sur les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis devrait pouvoir grandement avancer. Son interpellation, survenue vendredi 18 mars dans la commune bruxelloise de Molenbeek, pourrait permettre d'en savoir plus sur l'organisation des attaques et sur le réseau jihadiste sur lequel les kamikazes ont pu s'appuyer.

Présent à Paris durant le soir des attentats, le Français de 26 ans est précisément soupçonné d'avoir eu "un rôle central dans la constitution des commandos du 13 novembre" et "dans la préparation logistique des attentats", comme l'a expliqué le procureur François Molins. Reste que son parcours durant cette soirée n'a pas encore été totalement retracé dans son exactitude.

1. Pourquoi était-il dans le XVIIIe arrondissement de Paris ?

Longtemps considéré comme l'un des terroristes du "commando des terrasses", l'enquête a finalement permis d'établir qu'il n'en faisait pas partie. Il est finalement suspecté d'avoir convoyé les kamikazes du Stade de France à l'aide de la Clio noire louée à son nom qui avait été retrouvée quatre jours plus tard dans le XVIIIe arrondissement de Paris.

Dans ses premières déclarations faites à la police, Salah Abdeslam explique qu'il "voulait se faire exploser au Stade de France" mais qu'il avait finalement fait "machine arrière". Cette version des faits est mise en doute par Claude Moniquet, expert en contre-terrorisme. "On n'a aucune raison de penser qu'Abdeslam a reculé devant quoi que ce soit. Il n'existe à ce jour aucune preuve qu'il manquait un kamikaze au Stade de France. Mon sentiment est (...) qu'il est en train de balader les enquêteurs", explique-t-il au micro de RTL.

À lire aussi

Ce qui est sûr, c'est que cela ne justifie pas sa présence dans le XVIIIe arrondissement de Paris dans la foulée du début des attaques terroristes. Était-il juste de passage ou devait-il y commettre un attentat avant de renoncer une nouvelle fois ? Ce qui pourrait expliquer la mention du XVIIIe arrondissement dans la revendication du groupe État islamique.

2. Portait-il la ceinture explosive retrouvée à Montrouge ?

Après être vraisemblablement passé à Saint-Denis puis dans le nord de Paris pour abandonner la Clio noire, Salah Abdeslam s'est rendu à Montrouge (Hauts-de-Seine), au sud de Paris. Les enquêteurs en ont la certitude car son téléphone portable y a borné.

C'est aussi dans une petite rue de Montrouge, près d'une poubelle, qu'une ceinture explosive a été retrouvée le 23 novembre par les forces de l'ordre. Au vu des précédents indices, il y a de fortes chances pour que cette ceinture ait été déposée par Salah Abdeslam. Ses deux complices, l'ayant aidé à fuir par la route en Belgique après les attentats, ont d'ailleurs indiqué aux policiers après leur interpellation qu'il portait une ceinture de ce type et qu'il était en état de choc.

Mais cette hypothèse est quelque peu mise à mal par l'absence de l'ADN de Salah Abdeslam sur cette ceinture. Ce sont même deux autres traces ADN qui ont été retrouvées sur l'engin : l'une correspondant à Bilal Hadfi, kamikaze du stade de France, l'autre n'ayant toujours pas été identifiée. Cette dernière a toutefois été aussi relevée dans l'une des planques des terroristes, à Auvelais, en Belgique.

3. Qu'a-t-il fait pendant ses 126 jours de cavale ?

Après avoir été contrôlé à Cambrai peu après les attentats, alors qu'il était encore inconnu des services de police, Salah Abdeslam avait complètement disparu des radars le 14 novembre vers 14 heures, à Schaerbeek. C'est dans cette commune bruxelloise que le suspect avait été déposé par ses complices.

Qu'est-il ensuite devenu entre ce moment, sa fuite lors de la perquisition du 14 mars à Forest et son interpellation le 18 mars ? Est-il resté en Belgique, près de Molenbeek, le quartier où il a grandi et où sa cavale a pris fin ? "On s'interroge, parce qu'il a évolué dans un périmètre assez restreint autour de Bruxelles. (...) Pour tenir en cavale pendant quatre mois, il a manifestement bénéficié de plusieurs réseaux de soutien", s'étonne Louis Caprioli, ancien chef de la Direction de la sûreté du territoire, cité par l'AFP.

4. Préparait-il un nouvel attentat ?

Tout au long de ses quatre mois de cavale, les autorités craignaient sans doute que Salah Abdeslam ne se lance dans la préparation d'une nouvelle attaque terroriste. Selon le vice-premier ministre belge, Didier Reynders, c'est d'ailleurs ce qu'aurait déclaré l'ex-fugitif durant ses premières heures d'auditions. "Il était prêt à refaire quelque chose à Bruxelles. C'est peut-être la réalité parce que nous avons trouvé beaucoup d'armes, des armes lourdes au cours des premières investigations, et nous avons trouvé un nouveau réseau autour de lui à Bruxelles", indique le dirigeant belge.

Mais ces propos de Didier Reynders, rapportés d'un colloque international organisé dans la capitale belge, ont rapidement été tempérés. Le Parisien indique dans son édition du 21 mars que les procès-verbaux ne font pas état d'un nouvel attentat en préparation. Le numéro deux du gouvernement belge a d'ailleurs même dû préciser sa pensée afin de se montrer bien moins affirmatif : "L'enquête devra aussi vérifier si d'autres actes étaient en préparation au départ de Bruxelles".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/