1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Route du Rhum 2018 : "Je suis un rapace", dit Thomas Coville
2 min de lecture

Route du Rhum 2018 : "Je suis un rapace", dit Thomas Coville

INVITÉ RTL - Le départ de la Route du Rhum aura lieu à Saint-Malo le 4 novembre. À cette occasion, Thomas Coville, navigateur en lice, nous ouvre les portes de son multicoque géant...

Le skipper français Thomas Coville, le 12 octobre 2016
Le skipper français Thomas Coville, le 12 octobre 2016
Crédit : JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Route du Rhum 2018 : "Je suis un rapace", dit Thomas Coville
00:07:33
Julien Sellier

La Route du Rhum, cette course transatlantique en solitaire, commencera le 4 novembre. Le départ des concurrents se fera à Saint-Malo. À l'occasion de cet événement, RTL s'intéresse, pendant un mois, au quotidien des skippers. Thomas Coville, l'un des navigateurs en lice, nous ouvre les "portes" de son multicoque Sodebo.

Et pour commencer, le skipper nous décrit son bateau. "Souvent, quand on arrive sur le ponton, le plus impressionnant, c'est la taille du mât. Le mât fait 35 mètres, le trimaran fait 32 mètres de long et 21,5 mètres de large", soit deux terrains de tennis. 

Une fois sur l'eau, le multicoque est lancé à environ 40 nœuds, soit entre 80 et 90 km/h. Cette vitesse que les bateaux adoptent "les rend quasiment inaccessibles à aucun autre bateau". Thomas Coville explique que les seuls engins qui ont la capacité de suivre les bateaux des skippers sont les hélicoptères. "Même la Marine nationale ne peut pas suivre". 

Un entraînement physique nécessaire

"On est tous entraînés très longtemps en avance. J'ai commencé la préparation physique, en vue de cette route du rhum, en février dernier : course à pieds, vélo sur des longues distances, et renforcement musculaire", explique Thomas Coville. Certains entraînement lui permettent également d'exercer son équilibre et sa souplesse cognitive.

À lire aussi

Mais l'entraînement sur la terre ferme n'est pas suffisant. Des sorties en mer, des "mini courses" Route du Rhum, sont organisées en compagnie des autres concurrents, François Gabart, Armel Le Cléac'h... "On simule un départ et on fait de grandes virées dans le golfe de Gascogne, en étant bord à bord. C'est un peu l'ambiance d'avant les grands prix de Formule 1 où il y a la séance d'essai".

Et les participants ne sont pas seulement préparés pour la navigation solitaire. Ils sont également entraînés au secours, au cas où l'un d'entre eux tomberait à l'eau ou aurait un quelconque problème, ils seront prêts à intervenir.

Pour cette course, Thomas Coville est confiant et met même en garde ses concurrents : "Je suis un vrai rapace".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire