2 min de lecture Grenoble

Réimplantation de deux bras à Grenoble : la patiente "va bien"

INVITÉ RTL - Une opération consistant à réimplanter deux bras sur une patiente été permise grâce à un rapide délai de prise en charge de la patiente. L'un des médecins en charge de l'opération donne des nouvelles rassurantes.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Réimplantation au CHU de Grenoble témoignage du médecin Mickael Bouyer Crédit Image : PHILIPPE DESMAZES / AFP | Crédit Média : Florence Cohen | Durée : | Date : La page de l'émission
Amélie James
Amélie James

Il s'agit d'une prouesse médicale. Lundi 14 août, une femme s'est fait réimplanter ses deux bras, sectionnés à la suite d'un accident. C'est la première fois qu'une réimplantation simultanée de deux membres a lieu sur le territoire hexagonal. 

Michaël Bouyer est chef de clinique assistant au CHU de Grenoble. Le 14 août dernier, il participait à cette "macro-implantation réalisée sans difficulté technique". Au micro de RTL, il revient sur cette opération qui a duré près de quatre heures et qui s'apparente à une véritable course contre-la-montre. "Le but est de remettre en continuité les bras. On fait une ostéosynthèse, c'est-à-dire mettre une plaque avec des vis sur l'os, rétablir la circulation sanguine, suturer les nerfs, les muscles et la peau", explique le médecin.

Une semaine après cette opération, la patiente "va bien". "Elle est en phase de cicatrisation cutanée", souligne Michaël Bouyer. Une telle réimplantation a notamment été permise grâce à un rapide délai de prise en charge de la patiente. Deux heures après son accident, cette dernière se trouvait au bloc opératoire. Ses membres sectionnés ont été transportés par le SAMU dans des réceptacles mis au contact de la glace. "Le but est de réfrigérer le membre pour limiter au maximum le risque de lésions tissulaires sur les segments amputés", précise Michaël Bouyer. 

Un traumatisme "relativement rare"

L'amputation simultanée de deux bras est un traumatisme "relativement rare" dans l'Hexagone. Selon les médecins, de telles opérations ont déjà été menées à bien en Chine et en Inde. "On est content quand ça se passe bien et quand on réussit une intervention. Mais on est aussi inquiet. On est aux aguets et on surveille de près la patiente parce que lors de ce genre d'interventions, on ne peut pas se prononcer sur la vitalité du membre avant une semaine", témoigne Michaël Bouyer, au micro de RTL.

À lire aussi
médecins
Coronavirus : combien de personnes vont être vaccinées par les généralistes ?

Pour l'heure, impossible de savoir quelles sont les fonctions motrices que la patiente pourra récupérer. "Ce qui est certain, c'est qu'elle ne récupérera pas tout. Ce serait miraculeux", confie le chirurgien. Près de deux années de rééducation attendent désormais la femme opérée, qui devra s'armer de patience pour retrouver progressivement l'usage de ses bras. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grenoble Patient Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants