1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Refuges saturés : "On pousse les murs", alerte le président de la SPA
1 min de lecture

Refuges saturés : "On pousse les murs", alerte le président de la SPA

INVITÉ RTL - Les refuges de la SPA sont saturés depuis le 15 juin, soit un mois et demi plus tôt qu'en 2019, alerte son président Jacques-Charles Fombonne.

Deux jeunes chats (photo d'illustration).
Deux jeunes chats (photo d'illustration).
Crédit : Raul Varzar / Unsplash
SPA : record d'abandon et refuges saturés
08:58
SPA : record d'abandon et refuges saturés
08:58
Jérôme Florin - édité par Marie Gingault

Les refuges de la SPA sont déjà saturés, comme chaque été, toutefois cette année pourrait être pire que les précédentes. Les abandons d'animaux ont bondi de 7% par rapport à 2019 et la capacité maximale des 62 refuges a été atteinte, confirme Jacques-Charles Fombonne, le président de la SPA.

"Malheureusement, on a atteint notre capacité maximale. Curieusement, on l'atteint généralement fin juillet, et cette année les abandons ont été beaucoup plus rapides. On l'a atteint depuis presque un mois et demi, depuis le 15 juin. C'est inédit", déplore le président de la SPA qui fait état d'"une énorme augmentation du nombre des chats et une baisse corrélative du nombre des chiens".

"On pousse les murs, on a actuellement presque 8.000 pensionnaires", parmi lesquels beaucoup de chats. Pour Jacques-Charles Fombonne, cela s'explique indirectement par le confinement. "On pense que cela tient au fait que les communes, les associations, n'ont pas pu faire ce qu'elles font habituellement, la stérilisation des chats libres", explique-t-il.
 
"On a beaucoup de gens qui nous amènent des portées, qui nous amènent des chats qu'ils ont trouvés dans leur jardin, dans leur garage, qui ne sont pas véritablement abandonnés, car tous n'ont pas véritablement eu un maître, mais qu'on nous remet", poursuit-il avant de rappeler qu'"un couple de chats peut avoir en 4 ans jusqu'à 20.000 descendants. Alors vous imaginez, que les deux printemps du confinement qui n'ont pas permis de stérilisation, ont évidemment fait bondir ce chiffre".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/