2 min de lecture Nicolas Sarkozy

Quel va être le rôle de Nicolas Sarkozy au sein de l'hôtelier AccorHotels ?

ÉDITO - L'ex-chef de l'État a été coopté en tant qu'administrateur indépendant et va présider un comité de "stratégie internationale".

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
François Lenglet : quel va être le rôle de Nicolas Sarkozy au sein de l'hôtelier AccorHotels ? Crédit Image : FRANCOIS NASCIMBENI AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet et Loïc Farge

C'est peut-être le début d'une reconversion. Nicolas Sarkozy sera désormais l'un des membres du conseil d'administration du groupe français, numéro un mondial de l’hôtellerie, avec ses marques Ibis, Mercure, Novotel, Sofitel et bien d'autres à l'international. Un conseil où siègent déjà une quinzaine de personnes, les dirigeants de l'entreprise, mais aussi des représentants des actionnaires, des salariés, et des personnalités indépendantes, cooptées par les autres, comme l'ancien président de la République.

Il y a là notamment Jean-Paul Bailly, ancien patron de la Poste, ou Mercedes Erra, la patronne de l'agence de publicité HavasNicolas Sarkozy sera en charge de la stratégie internationale de ce groupe qui ouvre un nouvel hôtel toutes les 36 heures, et gère 3.900 établissements dans 92 pays.

Que fait exactement un administrateur ? C'est un travail qui n'occupe pas à plein temps. Le Conseil se réunit cinq à six fois par an. Sans compter les réunions exceptionnelles convoquées sur le champ, par exemple, pour décider d'une acquisition. Alors que les dirigeants gèrent l'entreprise au jour le jour, le Conseil définit la stratégie et valide les grandes orientations.

La patron est un proche de Sarkozy

AccorHotels est plutôt une entreprise en bonne santé, et notamment grâce au nouveau patron, Sébastien Bazin, un financier ex-propriétaire du club de foot PSG, qui est un proche de Nicolas Sarkozy. Il a révolutionné l'entreprise, multiplié les acquisitions tout en vendant les bâtiments des hôtels pour se concentrer sur le métier de l'hôtellerie. Il a aussi mis en place un conseil d'administration parallèle, où ne siègent que des jeunes, entre 20 et 30 ans, pour profiter des idées venues de la nouvelle génération. Mais l'entreprise a quand même deux épées de Damoclès au-dessus de la tête.

À lire aussi
OEIL-REPUBLIQUE_POP_795x530 RTL Originals
L’œil de la République : la candidature de Sarkozy, l'un des moments qui a le plus marqué Duhamel

La première, c'est l'extraordinaire essor des sites de réservation en ligne comme Bookings.com, qui ont le contrôle du prix facturé au client, et réduisent les hôtels au simple rôle de sous-traitant, sans marges. L'ubérisation a gagné le monde de l'hôtellerie, en quelques années seulement. Et pour les hôtels, l'enjeu est de ne pas se faire manger tous cru par ces intermédiaires qui ont pris le pouvoir. L'autre hypothèque qui pèse sur Accord est tout aussi importante : elle touche à la propriété de l'entreprise elle-même. Et c'est peut-être à cause de cela que Sarkozy a été recruté.

Les financiers ont pris le pouvoir

Il y a un risque qu'Accor change de mains. À l'origine, c'est une entreprise familiale française, créée dans les années 1960. Cela n'est plus le cas. Les financiers ont d'abord pris le pouvoir, avec l'arrivée de Bazin. Et ce sont aujourd'hui les Chinois qui montent au capital, ainsi que les Saoudiens et le fonds souverain du Qatar.

Le Chinois, c'est une filiale de la municipalité de Shanghai, qui a déjà racheté un groupe hôtelier français, avec la marque Campanile notamment. Il ne cache pas ses ambitions de devenir plus influent au sein d'Accor. Il va donc falloir pas mal de diplomatie pour gérer la cohabitation entre les puissances et préserver le caractère français de ce fleuron. Un travail pour lequel le carnet d'adresses d'un ancien président est précieux.
 
Un administrateur d'une entreprise du CAC 40 gagne en moyenne 82.000 euros par an, avec notamment ce qu'on appelle les "jetons de présence". C'est un peu moins chez Accor jusqu'ici, à en croire le rapport annuel de l'entreprise. Mais bien souvent, un administrateur siège dans plusieurs conseils, ou bien il a une autre occupation en parallèle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nicolas Sarkozy Économie Hôtellerie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants