3 min de lecture Santé

Perturbateurs endocriniens : 3 questions pour comprendre les enjeux

ÉCLAIRAGE - Régulièrement cités pendant la campagne des primaires par Benoît Hamon qui souhaite les interdire, les perturbateurs endocriniens sont partout dans notre quotidien et présentent des risques pour la santé.

Le bisphénol A est un perturbateur endocrinien contenu dans certaines matières plastiques (illustration).
Le bisphénol A est un perturbateur endocrinien contenu dans certaines matières plastiques (illustration). Crédit : FRED DUFOUR / AFP
116690883422487384627
Camille Kaelblen
et Philippe Peyre

"J’interdirai immédiatement les perturbateurs endocriniens pour prévenir les effets nocifs de ces substances sur la santé de nos enfants et de nos concitoyens". Cette promesse nous vient tout droit du programme de Benoît Hamon, candidat à la primaire de la gauche. Une promesse qu'il n'a cessé de marteler lors des différents débats télévisés.

Mais que sont précisément ces fameux perturbateurs endocriniens (PE) ? Aussi appelés "leurres hormonaux", ce sont des molécules ou substances chimiques ou naturelles qui ont des conséquences sur l'équilibre hormonal des êtres humains mais aussi sur celui de certains animaux et plantes. Si elles agissent à faibles doses sur l'organisme, elles pourraient à long terme avoir des conséquences graves sur la santé.

Ces substances sont en effet susceptibles d'altérer les processus de croissance mais aussi l'humeur, le stockage de l'énergie, le sommeil ou encore les fonctions sexuelles et reproductrices. Des dérèglements qui favorisent le développement de nombreux troubles comme notamment l'obésité, le diabète, l'infertilité et le développement neurologique.

À lire aussi
Du slime (illustration) santé
"Slime" : à l'approche de Noël, pourquoi les autorités sanitaires s'inquiètent

1. Où trouve-t-on des perturbateurs endocriniens ?

Selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), on distingue plusieurs types de perturbateurs endocriniens : ceux présents naturellement dans une grande variété de plantes, ceux produits intentionnellement pour leurs effets hormonaux (pilule, traitements de la stérilité), et ceux produits chimiquement et "employés dans l'industrie, l'agriculture et les biens de consommation (...) mais dont l'effet sur les hormones n'est pas intentionnel". C'est cette dernière catégorie qui se retrouve dans de très nombreux produits de consommation courante, dans des proportions diverses : produits d'alimentation, eau, cosmétiques, air, produits électroniques, préservatifs... Autrement dit, partout.

2. Comment agissent-ils dans notre corps ?

À la différence des substances toxiques, les perturbateurs endocriniens n'attaquent pas directement l'organisme entier. Leur mode d'action est nettement plus perfide et ressemble davantage à celui d'un trouble-fête : ils interagissent avec le système hormonal, soit en imitant l'action des hormones naturelles, soit en bloquant ou en gênant leur production. Conséquence : à long terme, le système hormonal se dérègle.

Selon un rapport de l'Assemblée nationale datant de 2014, les perturbateurs endocriniens agissent sur l'organisme lorsqu'ils sont avalés, respirés et même au contact de la peau. Ils se transmettent également par le cordon ombilical et le liquide amniotique.

3. Que prévoit la législation ?

En 2013, une résolution a été votée par le Parlement européen pour demander que l'exposition aux perturbateurs endocriniens soit réduite, "notamment pour les groupes les plus vulnérables tels que les femmes enceintes, les bébés, les enfants et les adolescents". Seulement, il est nécessaire d'en dresser la liste pour les identifier et il n'existe à ce jour pas de consensus véritable sur cette question. En France, seul le Bisphénol A a été interdit

S'ils sont partout, aucun règlement européen ne limite leur exposition. Pourquoi ? La faute aux "marchands de doute", avance une tribune signée par près d'une centaine de scientifiques publiée dans Le Monde le 29 novembre 2016. Mais qui sont-ils ? Les chercheurs en lien avec les fabricants, accusés d'arranger les données scientifiques au profit de certains produits. Conflit d'intérêt ? C'est précisément ce que fustige Benoît Hamon : "Nous disposons depuis 15 ans d’une définition par l’Organisation mondiale de la Santé, des perturbateurs endocriniens. La France a fait une liste complète de ces perturbateurs endocriniens, et cette liste est remise en cause par l’agence européenne de sécurité des aliments à la demande de qui ? Des industriels du secteur", a-t-il déploré sur le plateau de l'ultime débat de la primaire de la gauche.

Les perspectives d'une législation demeurent floues. Un nouveau texte devrait être présenté dans les prochains jours par la Commission européenne. Le comité compétent en la matière avait inscrit à son agenda une discussion sur les perturbateurs endocriniens les 23 et 24 janvier mais pour l'heure, la situation reste la même. Il appartient désormais à chaque État membre ou au Parlement européen de se saisir (enfin) du problème pour protéger la santé des européens. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Sécurité alimentaire Alimentation
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786933669
Perturbateurs endocriniens : 3 questions pour comprendre les enjeux
Perturbateurs endocriniens : 3 questions pour comprendre les enjeux
ÉCLAIRAGE - Régulièrement cités pendant la campagne des primaires par Benoît Hamon qui souhaite les interdire, les perturbateurs endocriniens sont partout dans notre quotidien et présentent des risques pour la santé.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/qu-est-ce-que-les-perturbateurs-endocriniens-7786933669
2017-01-26 15:29:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/4akEqbA41x7NRhX9X75B1g/330v220-2/online/image/2016/1018/7785342796_le-bisphenol-a-est-un-perturbateur-endocrinien-contenu-dans-certaines-matieres-plastiques-illustration.jpg