2 min de lecture Occitanie

Pyrénées-Orientales : Le Canigou, un "bar-caserne" original

REPORTAGE - Joël Méné est gérant d'un bar... mais il est aussi pompier depuis trente-deux ans, alors son Café Le Canigou est un endroit où se mêlent les deux passions de ce catalan.

Micro générique Switch 245x300 La chronique du jour La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Pyrénées-Orientales : Le Canigou, un "bar-caserne" orignal Crédit Image : Patrick Isson / RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Patrick Isson édité par Marie Gingault

Les cafés du village, c'est l'un des nouveaux rendez-vous de l'été sur RTL. Direction la région Occitanie, dans le café Le Canigou à Villefranche-de-Conflent, dans les Pyrénées-Orientales. Cette magnifique cité médiévale se situe non loin du célèbre sommet de Canigou, qui culmine à 2.800 mètres.

Dans le café Le Canigou, si les pierres pouvaient parler, elles raconteraient l'histoire de ce lieu dirigé par Joël Méné, depuis presque 30 ans. "Le bar ça a toujours été la priorité du village, on imagine qu'il y aurait même pu avoir des soldats à l'époque de Vauban ou des résistants catalans avant qu'il y ait le traité des Pyrénées", explique le patron qui précise que "nous en tout cas, la famille, on l'a depuis 1965. C'est encore un lieu où sont maintenues tout un tas de belles choses comme le lien social, la rencontre entre des touristes et des gens du pays, ou entre plusieurs tables qui se parlent comme ça ou alors aussi quelque chose d'intergénérationnel", explique celui pour ce métier est "l'un des plus beaux métiers du monde".

Derrière le bar ou sur la terrasse de ce bistrot catalan, Joël Méné va de table en table raconter son pays et il parle aussi de son autre métier : "C'est ma 32e année de pompier là et je suis le chef de centre de la petite caserne qui est au pied du Canigou". 

Joël Méné le patron du café le Canigou.
Joël Méné le patron du café le Canigou. Crédit : Patrick Isson / RTL

Deux métiers, deux passions

L'alarme retentie, c'est une fausse alerte, Joël peut rester dans son café, qui est aussi un véritable musée des pompiers : "C'est surchargé, moi, je suis Monsieur Trop, donc là, la déco, tant que les murs tiennent, on en rajoute", explique Joël qui précise que "c'est aussi une forme de prosélytisme, c'est ma religion quoi"

À lire aussi
Un policier (illustration) faits divers
Toulouse : en plein confinement, un policier organise une fête et agresse un gendarme

Canadairs, hélicoptères, tous les appareils dont se servent les pompiers sont présents dans le bar. "L'anecdote, c'est aussi que le plafond c'est le ciel bleu catalan, parce que c'est ce ciel qu'on a ici, donc les aéronefs sont en train de voler dans le ciel et le comptoir, lui, est bleu comme un fleuve. Les Canadairs peuvent écoper dans le comptoir", décrit le gérant.

Entre ses deux passions, Joël ne compte jamais ses heures ni les services qu'on lui demande, comme en témoigne Dominique, un de ses amis pompiers : "Vous avez besoin de quelque chose, vous avez froid ? Même si lui il est en tee-shirt il va vous le donner, même si après c'est lui qui a froid. C'est un mec qui a un grand coeur, il se donne à 200% au bar et 300% pour les pompiers". 

Le café est également un bar-relais de l'USAP, le célèbre club de rugby de Perpignan. Il faut dire que le frère de Joël n'est autre que Didier Méné, l'ancien arbitre international. Pour Joël, être gérant d'un bar c'est un service public, et ce n'est pas son frère qui le contredira : "C'est un service public, surtout dans les petits villages, où finalement il ne reste que le bar, en particulier en hiver. On parle beaucoup de rugby, à tort et à travers, mais on ne critique pas les arbitres ici", conclut-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Occitanie Pyrénées-Orientales Bar
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants