1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Présidentielle 2017 : Najat Vallaud-Belkacem "ne regrette strictement rien"
1 min de lecture

Présidentielle 2017 : Najat Vallaud-Belkacem "ne regrette strictement rien"

INVITÉE RTL - La ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche publie un ouvrage autobiographique à quelques semaines de la fin du quinquennat de François Hollande.

Najat Vallaud-Belkacem à Paris le 23 février 2017.
Najat Vallaud-Belkacem à Paris le 23 février 2017.
Crédit : ISA HARSIN/SIPA
Présidentielle 2017 : Najat Vallaud-Belkacem "ne regrette strictement rien"
09:23
Présidentielle 2017 : Najat Vallaud-Belkacem "ne regrette strictement rien"
09:31
micros
La rédaction numérique de RTL

Elle s’était légèrement dévoilée à l’occasion du documentaire La Discrète Ambitieuse sur LCP, mais Najat Vallaud-Belkacem se dévoile comme jamais son autobiographie La vie a plus d'imagination que toi (Grasset). Celle qui est encore ministre pour quelques semaines revient sur le parcours qui l’a mené d’un petit village marocain aux palais de la République. "Hier, mon principal objectif, c’était d’être une femme politique à part entière, et non pas une femme politique à part, du fait de mes origines et ma singularité", explique-t-elle.

Pour l’ancienne porte-parole de François Hollande, cet ouvrage est surtout l’occasion de porter "un message optimiste", dans un moment où la société française se remet fortement en question : "j’en avais assez des discours pessimistes et déclinistes sur notre pays, qui vaut mieux que ça". Dans La vie a plus d'imagination que toi, la ministre revient sur son enfance au Maroc, à la campagne, dans un islam pieux, archaïque, où l’eau était encore une denrée rare. “Le fait de devoir aller au puits, de devoir compter tout parce qu’il n’y a d’opulence nulle part, ça vous rend un peu différent”, confie-t-elle.

Alors que la campagne électorale bat son plein, la ministre de l'Éducation nationale regrette que "le dénigrement du quinquennat". "Dans l’absolu, j’aurais préféré que ce soit François Hollande qui se soit présenté", reconnaît-elle, tout en renouvelant son soutien à Benoît Hamon : aujourd’hui, moi, je me plie à la règle de primaire". Comme on pouvait l’attendre d’une des figures emblématiques de ce quinquennat, Najat Vallaud-Belkacem refuse de faire acte de contrition : "sur le fond, je ne regrette strictement rien".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/