1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Pourquoi les buses s'en prennent-elles aux randonneurs ?
1 min de lecture

Pourquoi les buses s'en prennent-elles aux randonneurs ?

ÉCLAIRAGE - Chaque année, à cette période, de plus en plus de joggeurs et de randonneurs relatent les attaques du rapace. Le procédé est tout le temps le même : la buse arrive par derrière et enfonce ses serres dans le crâne.

Une buse de Harris
Une buse de Harris
Crédit : JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Esther Serrajordia

Loire-Atlantique, Oise, Alsace... En ce mois de juin, les attaques de buses se multiplient. Les schémas sont identiques. Des coureurs ou des randonneurs sont en pleine nature, quand, d'un coup, ils sentent une douleur dans la tête. C'est une buse qui plante ses serres dans le crâne. 

"Je courais tranquillement, je regardais la nature, j'étais vraiment bien. Et j'ai eu un coup sur la tête avec une grosse douleur derrière l'oreille. Quand j'ai levé les yeux au ciel, j'ai vu que c'était un rapace. J'avais la main pleine de sang. J'ai alors fait demi-tour pour éviter une deuxième attaque" témoigne Ketty, une joggeuse de Molsheim (Bas-Rhin) à Francebleu Alsace

Si, majoritairement, les joggeurs s'en sortent avec quelques éraflures sur la tête, certains ont subi davantage de dégâts. En 2017, un ancien militaire de 50 ans a été attaqué par deux buses. L'une l'a fait chuté et s'est acharnée sur lui. Gravement blessé à l’œil, l'ex-pilote de chasse a dû être hospitalisé plusieurs fois. 

L'homme est perçu comme un prédateur

Cathy Zell travaille à la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO). Contactée par RTL.fr, elle explique ce phénomène. "D'avril à août, les buses font leurs nids dans les arbres. Elles les protègent de tous les dangers potentiels, et l'homme est parfois perçu comme un prédateur". Toutefois, elle souligne que ces cas sont "extrêmement rares". "Ce n'est pas une attaque mais de la simple défense" affirme-t-elle. 

À écouter aussi

Pour éviter ce genre de déconvenues, la LPO conseille d'éviter au maximum de passer par les chemins boisés en lisière de forêt. "Si vous n'avez vraiment pas le choix, ralentissez : la vitesse fait peur aux buses. Et, si possible, marchez avec un bâton sur la tête afin que la buse ne vous attaque pas le crâne". 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.