1 min de lecture Énergie

Pourquoi la France a-t-elle dû rallumer ses centrales à charbon ?

VU DANS LA PRESSE - Depuis plusieurs semaines, des centrales à charbon ont été rallumées dans l'hexagone, pour pallier l'arrêt d'autres sources d'énergie.

La centrale à charbon de Saint-Avold
La centrale à charbon de Saint-Avold Crédit : JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
William Vuillez
William Vuillez
Journaliste RTL

En témoigne l'arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim en juin dernier, la France est engagée dans un processus de réduction de sa part du nucléaire. Conséquence, depuis le mois de septembre, plusieurs centrales à charbon ont dû reprendre leur activité, comme à Saint-Avold par exemple. 

Selon une enquête de LCI, cette dernière a été réactivée et a fonctionné une vingtaine de jours depuis septembre. Une réactivation nécéssaire, car selon le quotidien, 22 réacteurs nucléaires sont en maintenance en France sur les désormais 56 (depuis la fermeture des deux réacteurs de Fessenheim). De plus, les éoliennes sont à l'arrêt ses dernières semaines par manque de vent. 

Présentant un danger environnemental, les 4 dernières centrales à charbon de France (LE Havre, Saint-Avold, Cordemais et Gardanne), sont censées être fermées pour 2022 selon l'exécutif. Pourtant, LCI précise qu'un centre EDF reconnaît leur utilité car elles démarrent très rapidement et n'ont, dans certaines régions, que très peu d'alternatives. Si la France veut donc honorer ses promesses de réduction du nucléaire et fermer ses dernières centrales à charbon, elle devra trouver d'urgence de nouvelles sources d'énergie. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Énergie Nucléaire Société
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants