1 min de lecture Société

Pompiers : pourquoi ils prolongent leur grève de deux mois

ÉCLAIRAGE - Plusieurs syndicats des sapeurs-pompiers professionnels ont fait savoir que le mouvement de grève se prolongera jusqu'à la fin du mois d'octobre. Dénonçant un malaise grandissant au sein de la corporation.

Des pompiers lors d'une manifestation (illustration).
Des pompiers lors d'une manifestation (illustration). Crédit : Jacques DEMARTHON / AFP
Louis Rigaudière et AFP

La colère risque de s'intensifier. En grève depuis fin juin, les sapeurs-pompiers ont décidé de prolonger leur mouvement pendant deux mois supplémentaires jusqu'à fin octobre, à l'appel de sept syndicats de professionnels, mais le service minimum continuera d'être assuré comme lors des deux derniers mois.

La grève n'a jusqu'ici pas empêché les interventions et s'est surtout traduite par des banderoles sur les casernes, des inscriptions sur les engins, et le port de t-shirts et de brassards chez les pompiers grévistes.

Les syndicats, à l'origine du mouvement de contestation, déplorent un "déni de dialogue" de la part du ministre de l'Intérieur. Une manifestation nationale pourrait être organisée à l'automne prochain.

Selon le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, sur les 40.500 pompiers professionnels de France, seuls "5%" d'entre eux sont grévistes. 

Hausse des violences

À lire aussi
Un abri de jardin (illustration) fiscalité
Taxe "abri de jardin" : cet impôt méconnu qui bondit chaque année

Avec 120 faits de violences recensés contre les pompiers chaque mois, les soldats du feu souhaitent attirer l'attention sur la hausse des agressions à leur encontre. Une augmentation de plus de 200% d'après l'Observatoire de la délinquance et des réponses pénales.

En réponse, Christophe Castaner a annoncé le 23 juillet devant l'Assemblée nationale, que les pompiers pourront être équipés de caméras-piétons, identique à celle de la police. Une décision qui divise au sein des syndicats qui jugent la mesure inefficace. 

Sur sollicitation

Les syndicats dénoncent également un effectif en constante diminution pour des interventions de plus en plus fréquentes. "En l'espace de quinze ans, c'est un million d'interventions en plus et deux millions d'interventions en plus pour le service de secours à la victime", estime Xavier Boy, président du syndicat autonome des sapeurs-pompiers professionnels sur BFM TV. "On est le seul rempart, aujourd'hui, à la détresse sociale de notre pays", a-t-il ajouté. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Grève Manifestations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants