2 min de lecture Pollution

Pollution lumineuse : les commerces doivent éteindre leurs lumières la nuit

À partir du 1er juillet, les magasins ont l'obligation d'éteindre leurs enseignes commerciales entre 1 heure et 6 heures du matin.

L'Europe vue de nuit (illustration)
L'Europe vue de nuit (illustration) Crédit : NASA / AFP
Camille Schmitt
Camille Schmitt
Journaliste

Extinction des feux. À compter du dimanche 1er juillet, tous les magasins ont pour obligation d'éteindre leurs enseignes commerciales entre 1 heure et 6 heures du matin. Avec 3,5 millions d'enseignes allumées la nuit en France, cette mesure est un premier pas dans la lutte contre la pollution lumineuse. 

Moins mise en avant que la pollution de l'air, elle est toute aussi importante et s'est particulièrement intensifiée ces dernières années. L'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes (ANPCEN) alerte sur la forte croissance de cette pollution visuelle. "En France, depuis 20 ans, on a observé une croissance de 89% des points lumineux, et de 94% de la quantité de lumière émise la nuit par les éclairages publics", a expliqué à RTL.fr Anne-Marie Ducroux, la présidente de l'ANPCEN.

Des effets néfastes sur la santé et l'environnement

La pollution lumineuse a de nombreux effets néfastes. Notamment en termes de santé, avec un effet sur l'éblouissement, le sommeil, la qualité de la vision. L'éclairage permanent peut également perturber les écosystèmes : le ministère de la Transition écologique et solidaire cite entre autres la modification du système proie-prédateur, la perturbation des cycles de reproduction et des migrations. 

Lutter contre la pollution lumineuse permet donc "une réduction immédiate de ces effets", d'après l'ANPCEN. Et cela aurait un impact économique important. Cette décision pourrait permettre d'économiser 1.000 gigawattheures par an, soit l'équivalent de la consommation de 370.000 ménages. Et en coupant les éclairages publics la nuit, "les communes peuvent économiser de 25% à 75% par an sur leur facture d'électricité", a déclaré la présidente de l'association. 

Un décret ancien

À lire aussi
L'origine du feu serait extérieure à Lubrizol, selon l'entreprise. Rouen
Lubrizol : une réouverture de l'usine partielle et contestée

Mais cette mesure n'est en réalité pas une nouveauté. L'obligation d'éteindre ses lumières depuis le 1er juillet est en fait l'application d'un décret adopté en 2012. "Un lobby organisé a obtenu le report de 6 ans de la mise en application de cette décision. C'est inacceptable", pour Anne-Marie Ducroux. 

"Et nous avons toutes les raisons de penser que la mise en application ne va pas être contrôlée par les services publics", a-t-elle expliqué. En 2013, une autre loi demandait l'extinction des lumières vitrines et des bureaux la nuit, mais l'ANPCEN a constaté qu'aucune vérification n'avait été faite.

"C'est pourquoi nous demandons en urgence la mise en application immédiate de cette mesure, et un contrôle effectif", plaide-t-elle au nom de l'ANPCEN. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pollution Commerce Publicité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants