2 min de lecture Police

Malaise dans la police : la profession "est malade", alerte un commissaire divisionnaire

INVITÉ RTL - Auteur du livre "La Haine dans les yeux" et commissaire divisionnaire au sein de la police nationale, David Le Bars, revient sur la crise d'image et de reconnaissance qui frappe son métier.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
La profession de policier "est malade", alerte le commissaire divisionnaire Le Bars Crédit Image : Fred Dufour / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Noé Blouin

Y a-t-il un malaise grandissant entre les citoyens et les forces de l'ordre ? Oui, à en croire policier de métier David Le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale. Selon lui, "la police est un régulateur social, elle est sans cesse attaquée, dénoncée, flouée, parfois même déconsidérée".

Un manque de reconnaissance, qu'on trouve dans plusieurs couches de la société."Il y a une partie de la classe politique, des commentateurs de la vie sociale qui déconsidèrent la police et qui, parfois, l’affaiblissent. Et puis il y a tous ceux qui sont les ennemis de la police les plus classiques, on va parler des délinquants, des voyous.

Parfois des jeunes, qui de façon stupide, on l'a vu les semaines passées, font des violences urbaines contre la police, sans se rendre compte à quel point ce jeu est dangereux", poursuit le commissaire divisionnaire.

Inventer une "police pour demain"

Pourtant, ce sentiment de défiance de la part d'une partie de la population n'a pas toujours été aussi important. Pendant les attentats de Charlie Hebdo, les forces de l'ordre bénéficiaient, par exemple, d'une aura beaucoup plus positive. "Il faut considérer Charlie comme une parenthèse. [...] Un moment où les gens considéraient collectivement que la police était là au bon moment et que sans la police ça aurait été bien plus grave", relativise David Le Bars au micro de RTL.

À lire aussi
L'invité de RTL Midi grève
"Il y a un risque létal permanent pour les policiers", dit un syndicaliste

Mais, toujours d'après le policier, la reconnaissance a été de courte durée. Aujourd’hui,"il y a des collègues qui font le choix d'habiter très loin de leur lieu de travail, pour se dégager complètement géographiquement de tout lien entre leur profession et leur vie privée. Et c'est très grave", regrette-t-il.

Selon lui, l’enjeu est désormais d'inventer une "police pour demain". "Est-ce que le ministre (Christophe Castaner) va prendre en considération que cette police est malade ? Il n'en est pas le responsable, ça fait des années que ça dure, aujourd’hui on est à un tournant", conclut le secrétaire général du SCPN.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Policiers Manifestations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants