2 min de lecture Société

Peut-on pleurer devant ses enfants ?

Les parents se posent beaucoup la question. Lâcher prise devant ses enfants, ou au contraire ne rien montrer. Telle est la question. "On est fait pour s'entendre" s'est penchée sur le sujet.

Flavie Flament On est fait pour s'entendre Flavie Flament iTunes RSS
>
Peut-on pleurer devant ses enfants ? Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Thibaud Chaboche

S'il est bien une chose que l'on ne commande pas, ce sont bien les larmes. Certains les laissent couler facilement, d'autres les retiennent. Et lorsque ce sont les parents qui sont bouleversés, ils peuvent être tentés de réprimer leurs émotions, tant il peut paraître naturel de protéger ses enfants des sombres et tristes moments de la vie.

Peut-on pleurer devant nos enfants ? Peut-on partager nos émotions cafardeuses avec eux ? Au contraire, faut-il justement les protéger à tout prix ? "On est fait pour s'entendre" s'est penchée sur le sujet, avec de nombreux conseils et témoignages. 

Les émotions ne se contrôlent pas. Elles s'éprouvent et nous choisissons ensuite ou non de les cacher, en y arrivant ou pas. Mais il ne faut pas oublier que l'être humain n'est pas un robot, et les parents aussi peuvent ressentir de l'émotion. Les enfants le savent, comme le souligne Catherine Aimelet-Perissol, docteur en médecine : "Le corps de l'enfant est branché sur ce qui se passe autour de lui. Même sans larmes, l'enfant ressent l'état interne des parents. Vouloir les protéger de certaines émotions n'est au final qu'une "pseudo-protection". 

Pleurer devant ses enfants, est-ce bénéfique pour eux ?

À ne pas pleurer, les parents souhaitent éviter à leurs enfants de ressentir cette tristesse. Pour Jacky, auditeur RTL, c'est avant tout un rôle qu'il se donne au sein de sa famille : "j'ai des épaules solides. Je prend les larmes des autres. Quand je pleure, je me cache". Mais si chaque parent souhaite le meilleur pour ses enfants, pleurer devant eux, n'est-ce pas une opportunité de leur montrer aussi que la vie n'est pas toute rose ?

À lire aussi
L'Assemblée nationale (illustration) société
Congé de paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours

Pour Catherine Aimelet-Perissol, le constat est clair, "les pleurs des parents font partie de l'éducation de l'enfant. Grace aux parents, l'enfant se construit, sans ignorer cette part humaine. Si on ne vit pas la tristesse des parents, on va constamment chercher les sourires, la solidité que l'on connaît. Mais rencontrer la tristesse fait partie du modèle éducatif".

Si pleurer devant ses enfants les aide à se construire et se rendre compte de certaines choses, il faut cependant nuancer l'intensité de ces émotions. "Il est naturel d'exprimer ses émotions et d'y mettre des mots, mais il faut faire attention à ne pas inonder les enfants de ces émotions", nuance Gilles-Marie Valet, pédopsychiatre. Un équilibre à trouver donc, entre transparence et protection.

Venez témoigner

Vous souhaitez témoigner par écrit, intervenir dans l'émission ou proposer des sujets ? Envoyez-nous un mail à l'adresse suivante : onestfaitpoursentendre@rtl.fr (ici) ou contactez-nous en message privé sur nos réseaux sociaux : Facebook et Twitter !


"On est fait pour s'entendre", le magazine qui vous ressemble et vous rassemble, de 14h30 à 15h30, en direct sur RTL.

Invités

- Gilles-Marie Valet, pédopsychiatre.
- Catherine Aimelet-Périssol, docteur en médecine et thérapeute en logique émotionnelle. 

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Société Flavie Flament On est fait pour s'entendre
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants