1 min de lecture Société

Pesticides : Paris et 4 grandes villes interdisent ces produits sur leur territoire

Paris, Lille, Nantes, Grenoble et Clermont-Ferrand ont annoncé, ce jeudi 12 septembre, avoir signé des arrêtés interdisant complètement et immédiatement l'utilisation des pesticides sur leur commune.

Un agriculteur épand des pesticides (illustration)
Un agriculteur épand des pesticides (illustration) Crédit : REMY GABALDA / AFP
Louis Rigaudière et AFP

Un "coup de com'" selon Élisabeth Borne. Paris et quatre autres grandes villes ont interdit jeudi 12 septembre l'utilisation des produits phytosanitaires chimiques sur leur territoire, rejoignant la bataille anti-pesticides lancée par des maires ruraux dans le but de faire pression sur le gouvernement.

Dans les pas du maire du maire de Langouët (Ile-et-Vilaine), dont l'arrêté interdisant l'utilisation des pesticides chimiques à moins de 150 mètres des habitations a été suspendu par la justice, Paris, Lille, Nantes, Grenoble et Clermont-Ferrand ont signé des arrêtés interdisant complètement et immédiatement l'utilisation de ces produits sur leur commune. 

"Il s'agit pour nous d'engager une démarche concertée pour faire changer la loi et concourir à la sauvegarde du patrimoine inestimable de la biodiversité sur nos territoires et de la santé de nos concitoyens", ont-elles écrit dans un communiqué commun. 

"Faire plier le gouvernement"

Mardi, des élus et militants associatifs avaient appelé les maires de France à multiplier les arrêtés anti-pesticides et à "submerger" la consultation en ligne lancée par le gouvernement.

À lire aussi
L'invité de RTL du 15 novembre 2019 société
"Gilets jaunes" : un mouvement sur le "déclin", selon le démographe Hervé Le Bras

Les mairies sont bien conscientes qu'elles s'exposent, comme les précédentes, à des recours des préfets devant la justice administrative. Mais leur démarche est aussi politique. Pour "faire plier le gouvernement", a insisté Stéphane Baly, président du groupe des élus EELV à Lille.

Le gouvernement veut proposer de fixer à 5 ou 10 mètres, selon les cultures, la distance minimale entre les habitations et les zones d'épandage de pesticides mais les écologistes dénoncent des mesures minimalistes. La ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne, a ironisé jeudi sur l'annonce des cinq grandes villes, évoquant sur Twitter un "#coupdecom".

Selon le Collectif des maires anti-pesticides, 54 communes urbaines ou rurales, ainsi que le département du Val-de-Marne avaient déjà pris de tels arrêtés, dont le plus célèbre et pionnier, celui du maire de Langouët Daniel Cueff. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Interdiction Pesticides
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants