2 min de lecture Environnement

Pesticides : les alternatives se font attendre

Alors que la France s'est fixée de sortir totalement des pesticides d'ici 2021, les alternatives semblent bien trop onéreuses pour l'instant.

tortue- La minute verte Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Pesticides : les alternatives se font attendre Crédit Image : REMY GABALDA / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Quentin Marchal

To be or not to be pesticides, un vrai drame shakespearien. Face à la hausse des ventes de pesticides, le gouvernement a décidé d'interdire tous les usages non-agricoles de ses produits chimiques avant l'été 2020. Toutefois, les mesures alternatives se font toujours attendre malgré la situation actuelle et l'augmentation de 21% des ventes de pesticides en France entre 2009 et 2018.

Un chiffre marquant puisque cette période s'agit exactement de celle où des plans ont été mis en place pour justement sortir des pesticides. La ministre transition énergétique, Élisabeth Borne, fut fort courroucée par l'annonce de ces chiffres dans le courant de la semaine dernière, et a donc décidé d'interdire l'usage de ses herbicides d'ici cet été.

Une réaction complexe puisque la loi interdit, depuis 2017, aux communes de traiter chimiquement les plantes et depuis 2019, le Roundup aux particuliers amateurs de jardinage. Mais en matière de loi comme en matière de crédit, il faut toujours les petites lignes et actuellement, les pesticides ne sont plus utilisés par les "jardiniers du dimanche" mais toujours par les jardiniers professionnels.

C’est le cas dans les cimetières, les terrains de football, les campings et les bureaux, par exemple. On parle de distance de zone d’épandage agricole mais on laisse faire dans les bâtiments privés. Une possibilité à la fois étrange et critiquable.

Trouver des alternatives n'est pas simple

À lire aussi
Confinement : le trafic sur Internet en hausse de 30%. consommation
Vers la fin des forfaits Internet illimités ?

Pour remédier à ce fléau, la ville de Paris vient d’annoncer qu’elle ne traiterait plus ses espaces privés au glyphosate, ce qui représente au total 600 hectares dans la capitale. Une mesure similaire a été appliquée à Nantes ou à Lille , où ce sont les bailleurs sociaux qui recherche les alternatives avec une chimie plus saine ou manuelle

Des solutions sont également recherchées par la SNCF, le plus gros utilisateur de pesticides de France, qui nettoie ses 95 hectares de voies avec 40 tonnes de produits phystosanitaires par an. L'entreprise ferroviaire publique a promis de s’en passer d'ici 2021, tout comme la France.

Toutefois, lorsqu'on voit cette hausse sur 10 ans, on se dit que c’est mal engagé. La France est, avec l’Espagne, la plus grande consommatrice de pesticides à l'heure actuelle. Si les particuliers n’en achètent plus, les agriculteurs en consomment massivement. Ses produits sont nocifs mais leur interdiction va coûter cher selon un rapport parlementaire. En conclusion, les alternatives sont donc onéreuses mais les coûts sociaux provoqués par trop de pesticides le sont également.

Le plus

Emmanuel Macron souhaite mettre en place un référendum sur le climat ce qui constituerait une première mondiale. Lors de la convention citoyenne pour le climat composée de 150 citoyens tirés au sort, ce vendredi 10 janvier, le président de la République n’a pas exclu un référendum sur les propositions émises à la fin des travaux en avril prochain. Une convention mis en place pour donner d’avantage la parole à des citoyens que d’autres citoyen pourraient désavouer par référendum, c'est assez original et il faudra beaucoup de pédagogie.

La note

14/20 à Roger Federer pour son engagement. Le tennisman au 103 titres ATP s’est retrouvé au cœur d’une polémique enclenchée par des militants écologiste helvètes. Ils lui demandent de se désengager de son partenariat avec la banque crédit suisse accusée de soutenir les énergies fossiles. Interpellé par Greta Thunberg, le Suisse à promis qu’il allait parler du réchauffement climatique à ses sponsors.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Pesticides Élisabeth Borne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants