1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Patinage : Nathalie Péchalat élue présidente de la Fédération française des sports de glace
2 min de lecture

Patinage : Nathalie Péchalat élue présidente de la Fédération française des sports de glace

Nathalie Péchalat succède à Didier Gailhaguet, qui a régné sur le patinage français pendant des années. Ce dernier a été contraint de démissionner, en février dernier, à cause du scandale sexuel qui a touché la fédération.

Nathalie Péchalat élue présidente de la Fédération française des sports de glace.
Nathalie Péchalat élue présidente de la Fédération française des sports de glace.
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Camille Descroix & AFP

Nathalie Péchalat a été élue, ce samedi 14 mars, nouvelle présidente de la Fédération française des sports de glace (FFSG), où elle aura la charge de rétablir la confiance après le scandale de violences sexuelles. Son élection s'est déroulée dans la confusion à Paris, les trois autres candidats demandant son report à cause de l'épidémie de coronavirus.

L'ancienne championne de danse sur glace, âgée de 36 ans, succède à Didier Gailhaguet, qui a régné sur le patinage français presque sans discontinuer pendant plus de deux décennies, depuis 1998 (sauf entre 2004 et 2007), mais qui a été contraint à la démission début février à cause du scandale qui a touché de plein fouet la fédération.

C'est à la tête d'une fédération traumatisée que Nathalie Péchalat s'installe et la tâche qui l'attend est très lourde. "Ça fait six semaines maintenant qu'on a beaucoup de rebondissements, l'image de la fédération est abîmée, la fédération elle-même est en souffrance. On va tout faire pour se reconstruire tous ensemble", a-t-elle expliqué.

Une élection manipulée, selon les autres candidats

En l'absence de report, les deux autres candidats, le président du club d'Angers Damien Boyer-Gibaud et l'ancien bobeur Michel-Ange Marie-Calixte s'étaient officiellement retirés devant l'assemblée générale avant le vote.

À lire aussi

"Nous refusons catégoriquement de nous associer, ainsi que nos soutiens, à un nouveau scandale qui frappe notre fédération : celui de la manipulation de l'élection en vue d'installer une candidate préalablement désignée", avaient dénoncé ces trois candidats, en rappelant que le gouvernement interdisait les rassemblements de plus de 100 personnes pour enrayer l'épidémie de coronavirus.

Selon eux, l'assemblée générale ne pouvait dès lors se dérouler dans de bonnes conditions, même si deux salles avaient été prévues, dans les Salons de l'Aveyron, à Paris. 160 présidents de clubs étaient invités à voter, physiquement ou par procuration, leur poids en voix dépendant du nombre de licenciés de leur structure.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/