3 min de lecture Médecine

"Nouvelles mères" : quelle place pour les médecines alternatives lors d'une grossesse ?

ÉCLAIRAGE - Dans l'épisode 1 du podcast RTL Originals "Nouvelles Mères", Elya, 43 ans, raconte comment elle a par exemple fait appel à un acupuncteur pour mieux vivre sa grossesse.

nouvelles meres_245x300 Nouvelles mères Sidonie Bonnec & Marie Drucker & RTL Originals iTunes RSS
>
Nouvelles Mères - Elya : faire un enfant seule à 43 ans Crédit Image : Unsplash/Sergiu Valena | Crédit Média : RTL Originals | Date : La page du podcast
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

"Je suis convaincue qu'il y a une démarche médicale stricte, une démarche psychologique bien sûr, mais aussi une démarche paramédicale."

Dans le premier épisode du podcast RTL Originals "Nouvelles Mères", Elya, 43 ans, raconte comment elle a préparé sa grossesse par Procréation médicalement assistée (PMA). Femme célibataire, elle a, en plus de son suivi médical, fait appel à différents professionnels des médecines alternatives, comme un acupuncteur.

Un choix que soutient complètement Danièle Flaumenbaum, médecin gynécologue et elle-même acupunctrice. "Les médecines alternatives considèrent la personne dans sa globalité", explique-t-elle à RTL.fr. "Et c'est justement parce qu’une femme est enceinte qu’il est important de la prendre dans sa globalité : elle n’est pas malade, elle est dans un état exceptionnel, elle est en train de donner forme à une nouvelle vie !" s'extasie-t-elle.

L'acupuncture m'a apporté la possibilité de soigner des choses que la médecine allopathique ne me permettait pas de soigner

Danièle Flaumenbaum, gynécologue et acupunctrice
Partager la citation

Pour Danièle Flaumenbaum, autrice de Femme désirée, femme désirante, il est important de ne pas se focaliser simplement sur les symptômes, mais aussi de s'intéresser à la personne dans sa singularité. D'autant plus pendant une grossesse.

À lire aussi
Un policier (illustration) faits divers
INFO RTL - Paris : un réseau de proxénètes démantelé, 14 personnes interpellées

Homéopathie, acupuncture, sophrologie ou encore hypnose : "On s'occupe de votre état d’esprit : comment vous dormez, comment vous allez... Mais c'est quand même ce qu'on fait quand on est un médecin un petit peu éclairé", reconnaît-elle.

Après avoir été diplômée de gynécologie dans les années 1970, Danièle Flaumenbaum a complété sa formation en étudiant la médecine chinoise. "En tant que gynécologue, l'étude de l'acupuncture m'a apporté la possibilité de soigner des choses que la médecine allopathique ne me permettait pas de soigner, les douleurs et les saignements par exemple."

Se sentir mieux dans sa peau

D'expérience, elle recommande une séance d'acupuncture par mois pendant la grossesse. "À cette fréquence, cela permet à une femme enceinte d'être moins fatiguée, plus calme, plus équilibrée, de se sentir mieux dans sa peau." Il s'agit également de penser sa grossesse différemment. "Elle pourra penser à elle de façon un peu plus large, moins mécanique."

Cette manière de penser son corps dans sa globalité, est aussi utilisée dans la sophrologie. "On utilise la relaxation, certains exercices de yoga, l’hypnose", énumère Sylvie Nard, sophrologue à Paris. Professionnelle depuis 2011, elle accompagne de plus en plus de femmes pendant leur grossesse. 

Beaucoup de femmes que je vois ont souffert lors de leur premier accouchement

Sylvia Nard, sophrologue
Partager la citation

La plupart, viennent à elle après avoir eu leur premier enfant. "Beaucoup de femmes que je vois ont souffert lors de leur premier accouchement, elles ont été frustrées de ne pas se sentir actives, de se sentir un peu comme un objet", explique-t-elle. Dès lors Sylvie Nard les aide à gérer leurs douleurs tout en se sentant elles-mêmes. "On apprend à respirer pour récupérer entre les contractions par exemple."

Elle utilise également des techniques de visualisation pour préparer au mieux l'accouchement de ses patientes. "On s’imagine en train d’accoucher, on s’imagine en train de gérer la douleur des contractions", explique-t-elle. "C'est pour que le jour J elles soient en confiance et concentrées".

L'accompagnement que propose Sylvie Nard consiste en une série de quatre à six séances au prix de 60 euros pour la sophrologie et 80 euros pour l'hypnose. "L'idéal c'est de commencer au cinquième ou sixième mois de grossesse", recommande-t-elle. Elle travaille également en collaboration avec la clinique des Bluets, dans le XIIème arrondissement de Paris. Un établissement spécialisé dans les accouchements sans douleur.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médecine Grossesse Gynécologie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants