1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Notre-Dame : un mois après l'incendie, où en sont les travaux ?
2 min de lecture

Notre-Dame : un mois après l'incendie, où en sont les travaux ?

ÉCLAIRAGE - Le 15 avril, le terrible incendie de Notre-Dame laissait craindre le pire. Un mois après, une soixante de personnes travaillent quotidiennement sur place... Mais pas seulement.

La cathédrale Notre-Dame de Paris après l'incendie
La cathédrale Notre-Dame de Paris après l'incendie
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Incendie à Notre-Dame : les gravats sont récupérés un par un
01:03
Incendie à Notre-Dame : les vitraux ont été retirés
01:37
Sophie Aurenche - édité par Claire Gaveau

Il y a un mois, sous les yeux du monde entier, Notre-Dame prenait feu. Grâce à l'intervention et au courage de centaines de pompiers, l'essentiel a pu être sauvé, mises à part la flèche et la voûte qui se sont effondrées dans la nef.

Aujourd'hui, près d'un milliard d'euros ont été promis par des dizaines de milliers de donateurs. Ils seront utilisés pour la restauration du célèbre édifice parisien alors qu'une loi, polémique sur plusieurs aspects, a été votée vendredi 10 mai à l'Assemblée.

Mais un mois après les terribles images de l'incendie, que se passe-t-il dans les allées de Notre-Dame ? Une soixantaine de personnes travaillent quotidiennement sur place pour effectuer les travaux d'urgence. Des planchers vont être installés pour permettre d'étudier de près les voûtes. Les arcs-boutants vont être étayés pour solidifier l'ensemble.

Un diagnostic pierre par pierre

Après ces travaux d'urgence, l'heure sera au diagnostic, pierre par pierre. Il faut pour cela évacuer les gravats encore au cœur la cathédrale. Tous sont récupérés, un par un, grâce à une petit robot-pelleteuse alors que la zone est encore trop risquée.

À écouter aussi

Ces gravats sont ensuite étiquetés, répertoriés, inventoriés, numérotés mais surtout scannés. Comme un corps humain. "C'est un scanner en trois dimension, comme de l'imagerie médicale, qui relève tous les éléments", explique Charlotte Hubert, l'une des quatre architectes en chef des Monuments historiques.

Tout ce qui pourra être remis sur place, sera remis

Charlotte Hubert

Des informations très importantes pour comprendre comment les pierres, les poutres, les objets sont tombés la nuit de l'incendie, à quelle vitesse ils ont brûlé, sur quelle épaisseur ils sont abîmés... Autant de questions qui demeurent.

Un travail très long, alors qu'il y a des milliers de morceaux de toutes tailles, mais une étape déterminante pour la restauration à venir. "Tout ce qui pourra être remis sur place, sera remis. Ils ont vocation à retrouver, bien entendu, Notre-Dame de Paris", assure l'architecte.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/