2 min de lecture Normandie

Normandie : "Le loup recolonise la France, territoire après territoire", selon un spécialiste

La présence du loup a bien été confirmée en Normandie. Ce prédateur fait des dégâts considérables dans les élevages de moutons, en particulier du côté de Dieppe.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Normandie : "Le loup recolonise la France, territoire après territoire", selon un spécialiste Crédit Image : Klaus-Dietmar Gabbert / dpa / AFP | Crédit Média : Julien Caillard | Durée : | Date : La page de l'émission
Julien Caillard édité par William Vuillez

Les experts de l’Office Français de la Biodiversité (OFB) sont désormais formels : le loup est bien de retour en Normandie. La présence d'au moins un individu vient d'être confirmée en Seine-Maritime alors qu'en avril dernier, un appareil automatique avait photographié la silhouette de l'animal à Londinières, une commune située à l'Est du département, à quelques dizaines de kilomètres de la Picardie.

La fréquence de ces prédations a augmenté depuis le début du mois de juillet. Ce sont essentiellement des brebis et des agneaux qui ont été attaqués par le loup dont la présence en Normandie, une première depuis plus d'un siècle, ne surprend pas Jean-Marc Moriceau, historien, professeur à l’Université de Caen et grand spécialiste du loup en France. "Le loup était présent jusqu'en 1880 environ dans des secteurs de la Seine-Maritime où il revient aujourd'hui. Le loup recolonise la France, territoire par territoire, souvent dans les endroits qu'il occupait déjà au XIXe siècle", explique le spécialiste.

"Même si le loup observé en Normandie a pu parcourir une distance de plus de 1.000 kilomètres, il est plus raisonnable de penser qu'il vient d'un territoire situé à quelques dizaines ou quelques centaines de kilomètres de la Seine-Maritime. Ce loup est probablement seul, isolé, en reconnaissance de terrain. On ne peut pas dire aujourd'hui s'il va ou non s'installer durablement sur ce territoire", poursuit Jean-Marc Moriceau, auteur du Loup en Normandie (ed. Orep) et L'Homme contre le loup, une guerre de deux mille ans (ed. Fayard).

"Il ne faut pas exagérer le risque"

Un régime d’indemnisation est mis en place pour compenser les pertes subies par les éleveurs, a fait savoir la préfecture de Seine-Maritime dans un communiqué. Selon Jean-Marc Moriceau, ces pertes pourraient être importantes : "Le loup peut s'en prendre à tous les animaux d'élevage. Aux moutons en priorité. Mais pas seulement. Il peut aussi s'en prendre aux veaux et même aux vaches ainsi qu'aux chevaux, notamment aux poulains."

À lire aussi
Le vent provoque de fortes vagues à Lesconil dans le Finistère météo
Vents violents : 5 départements en vigilance orange "vagues-submersion"

Le loup peut-il représenter un danger pour l'Homme, en Normandie ? L'expert appelle à la prudence : "Il ne faut pas exagérer le risque. Mais il ne faut pas le nier. Il ne faut pas être dans le déni. Il y a eu, par le passé, des attaques sur l'Homme, en particulier sur les enfants, de loups non enragés."
L'Office Français de la Biodiversité (OFB) a relevé 97 zones de présence permanente du loup sur le territoire français, principalement dans les Alpes, le Sud-Est et l’Est. À la sortie de l’hiver 2018/2019, la population de loups en France était estimée à environ 530 individus.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Normandie Société Loups
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants