1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "Les bombardements ne suffiront pas" contre Daesh, assure François Heisbourg
2 min de lecture

"Les bombardements ne suffiront pas" contre Daesh, assure François Heisbourg

REPLAY - Le pari de François Hollande de vouloir réunir une coalition contre Daesh ne sera pas évident assure le conseiller spécial à la Fondation pour la recherche stratégique.

François Heisbourg, conseiller spécial à la Fondation pour la recherche stratégique, en 2010 (archives).
François Heisbourg, conseiller spécial à la Fondation pour la recherche stratégique, en 2010 (archives).
Crédit : MIGUEL MEDINA / AFP
"Les bombardements ne suffiront pas" contre Daesh, assure François Heisbourg
05:25
Vincent Parizot & Christelle Rebière

En quête d'une coalition "unique" contre les jihadistes de Daesh en Syrie et en Irak, François Hollande entame dès ce lundi un marathon diplomatique très intense. En une semaine, le président français rencontrera l'ensemble des dirigeants des membres du Conseil de sécurité des Nations uniesAprès avoir reçu ce lundi le Premier ministre britannique David Cameron, il se rendra mardi à Washington pour rencontrer Barack Obama, dînera à l'Élysée mercredi avec la chancelière allemande Angela Merkel et ira à Moscou jeudi à la rencontre de Vladimir Poutine. Dimanche, il recevra son homologue chinois Xi Jinping.

Le président peut-il réussir son pari ? S'il s'agit de fédérer les adversaire de Daesh, oui, assure François Heisbourg, conseiller spécial à la Fondation pour la recherche stratégique, "mais si ça veut dire une coordination et une coopération militaire et politique (...), cela sera beaucoup plus difficile".

Les intérêts des pays de la région n'ont pas changé sous prétexte qu'on a eu des problèmes à Paris

François Heisbourg, conseiller spécial à la Fondation pour la recherche stratégique

Pour ce spécialiste, pour résoudre le problème de Daesh, il faudrait le faire "à 75% par l'Europe et 25% par le Moyen-Orient". Par ailleurs, il assure que "militairement les bombardements ne suffiront pas". Or pour le moment, aucune grande puissance occidentale n'a l'ambition d'envoyer des troupes au sol et François Heisbourg s'inquiète d'un "grand n'importe quoi" entre les sunnites égyptiens, les chiites iraniens et le Hzebollah. "Nous n'aurons pas de solutions simples et rapides à la menace de Daesh en misant tout sur l'intervention au Moyen-Orient", il faut aussi s'en occuper en Europe insiste-t-il.

Le Moyen-Orient est une région qui produit des problèmes, rarement des solutions

François Heisbourg, conseiller spécial à la Fondation pour la recherche stratégique

Par ailleurs, l'État islamique cherche également l'affrontement militaire, à montrer qu'il est capable de s'en prendre à la terre entière, de semer le chaos et l'anarchieen témoigne la situation actuelle à Bruxelles. Les jihadistes ont réussi à transformer la crise des réfugiés en problème sécuritaire. "Il faut réfléchir avant de faire ce que Daesh souhaite ce que nous fassions" prévient-il.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/