2 min de lecture Réfugiés

Migrants : "L'UE a cessé ses missions de sauvetage", pointe Carola Rackete sur RTL

INVITÉE RTL - La capitaine du Sea-Watch 3 revient sur les nombreux sauvetages effectués en Méditerranée dans son livre "Il était temps d'agir".

Thomas Sotto L'Entretien du Jour Thomas Sotto
>
Migrants : "L'UE a cessé ses missions de sauvetage", pointe Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch3 Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto et Ryad Ouslimani

Ses admirateurs l’appellent "Capitaine courage", l’ex-premier ministre italien Metteo Salvini a préféré la traiter d’"emmerdeuse" et de "criminelle". Carola Rackete est une capitaine de navire, et se trouve à la tête du Sea-Watch 3 qui va au secours des migrants en Méditerranée. Elle a émergé sur la scène médiatique lorsqu’elle a forcé l’entrée du port de l’île italienne de Lampedusa avec des migrants à bord le 29 juin 2019. 

"On est partis en mission de sauvetage au début du mois de juin, et on a sauvé 53 personnes au large de Tripoli", raconte sur RTL Carola Rackete qui sort un livre intitulé Il était temps d’agir. Mais devant la demande des autorités de débarquer les migrants en Libye, l’équipage du Sea-Watch refuse et prend la décision de mettre le cap sur l’Italie

Les conditions de sécurité n’étant pas assurées en Libye selon Carola Rackete, c’est donc Lampedusa qui est visée. Pourtant, l’Italie leur refuse l’entrée au port. "Il était clair depuis le début que la sécurité des personnes primait sur tout le reste", explique la capitaine. "Nous avons fini par entrer dans le port sans permission", se rappelle-t-elle.  

Une faillite de l'UE

"La situation médicale était en train de se dégrader", indique l’Allemande, qui a même vu un bateau des garde-côtes italiens tenter de lui barrer la route. Un acte illégal, qui pourtant n’a pas fait peur à Carola Rackete, qui a bien réfléchi avant d’opter pour le passage en force.  "Le pire qui pouvait m’arriver était de passer un peu de temps en prison en Italie, ce qui reste une endroit sécurisé", justifie-t-elle. La justice italienne, malgré la pression de Matteo Salvini, avait libéré Carola Rackete. 

À lire aussi
Damien Carême, ancien maire écologiste de Grande-Synthe, en janvier 2016 réfugiés
Lesbos : "la Méditerranée est le plus grand cimetière du monde", alerte Damien Carême

Sea-Watch continue donc de tenter de sauver des naufragés en pleine mer, et tant pis si certains responsables politiques les accusent de faire le jeu des passeurs. "Plusieurs études partent parce qu’ils fuient la guerre civile", répond Carola Rackete à propos des migrants.  Sea-Watch est une ONG qui ne fait que répondre à une situation donnée : "C’était une réaction à des naufrages très graves en 2015", assure-t-elle. "C’est une réaction à l’Union européenne qui a cessé ses missions de sauvetage", martèle la navigatrice.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réfugiés Migrants Naufrage
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants