3 min de lecture Calais

Migrants : "L'histoire se répète, mais en pire", s’inquiètent les associations

REPLAY - Si la moitié des 7.400 personnes évacuées de la jungle de Calais ont obtenu le droit d'asile, ils sont encore nombreux à survivre dans des conditions terribles.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Begot
>
Migrants : "L'histoire se répète, mais en pire" s'inquiètent les associations Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Begot

Ce lundi, c'est l'heure du bilan. D'abord celui de Sabri, un migrant tout sourire ce matin à la Une de Libération. Il y a un an, il était évacué par les forces de l'ordre de la jungle de Calais. Aujourd'hui, le voilà à Gelos, dans les Pyrénées-Atlantiques. C'est là, tout près de Pau, qu'il a été relogé avec 38 autres migrants. Un an après, le journal est allé prendre de leurs nouvelles. Et le bilan est plutôt satisfaisant : une très grande majorité d'entre eux ont désormais leurs papiers. Sur les 39 admis ici, seuls 7 ont été déboutés. C'est bien mieux que la moyenne nationale. D'après les derniers chiffres disponibles, seule la moitié des 7.400 personnes évacuées de la jungle ont obtenu le droit d'asile. À Pau, Sabri et les autres apprennent le français, devenu plus fluide, écrit Stéphanie Maurice.

Leur vie s'organise, ils font la cuisine à tour de rôle... Certains ont commencé une formation, d'autres cherchent du travail. C'est la clé, ils le savent, de leur intégration, leur prochain défi. En attendant, Abdallah tourne en rond. "Personne ne me parle ici", dit il en montrant sa peau noire. Et d'ajouter : "le voisin a déjà balancé 3 fois ma poubelle sur le palier". À l'autre bout de la France, à Calais, si la jungle a disparu, il reste encore malgré tout des migrants. D'après La Voix du Nord, ils seraient 700. 700 hommes pour la plupart, acculés, épuisés, perdus écrit le quotidien. Aslan, 17 ans, raconte ainsi ses tentatives d'intrusion dans les poids lourds. "Je n'ai pas 6.000 euros à donner aux passeurs", explique-t-il.

Une nuit, alors qu'il dormait dans un bus à l'abandon, la police, explique-t-il, est arrivée, ils ont balancé du gaz lacrymogène. Une source policière, sans confirmer des violences, répète la consigne : "Pas de répit pour les migrants". L'histoire se répète, mais en pire s’inquiètent les associations. Les migrants, disent-elles, sont désormais plus jeunes. Plus jeunes, mais aussi plus agressifs.

À lire aussi
Avec leur "grève du zèle", les douaniers ralentissent le trafic de camions pour alerter sur les conséquences du Brexit. transports
Brexit : les douaniers poursuivent leur "grève du zèle"

Bilan économique

Autre bilan, celui de l'économie. "Les réformes Macron sur les rails" titrent Les Échos qui rappellent ce lundi que l'Assemblée a voté les principales mesures fiscales du gouvernement. Et voilà qui devrait faire plaisir au chef de l'État. Les économistes sont formels : les réformes Macron pourraient avoir un effet important sur la croissance à terme. Le quotidien économique publie les résultats d'une enquête de l'institut COE-Rexecode, un think thank plutôt proche du patronat.

D'après ses experts, les reformes du Code du travail et de l'ISF devraient permettre de créer 250.000 à 300.000 emplois d'ici 2022. De quoi rapporter un demi point de croissance supplémentaire.

Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie accorde une grande interview à nos confrères du Figaro et tacle une nouvelle fois ses prédécesseurs. Au cœur du problème, cette fameuse taxe sur les dividendes que l’État va devoir rembourser aux entreprises, soit dix milliards d'euros. Un scandale d'État, dit Bruno Le Maire. Les mots sont forts. C'est, ajoute-t-il comme pour enfoncer le clou, comme si chaque Français devait rembourser 150 euros.

Bruno Le Maire, qui s’entend visiblement très bien avec son secrétaire d'État, Benjamin Griveaux. Le courant passe, dit ce dernier, dans Le Parisien. "Lui connaît le fonctionnement de l'État sur le bout des doigts... Moi, je connais l’entreprise. Nous sommes complémentaires". Voilà visiblement leur secret.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Calais Migrants
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790635003
Migrants : "L'histoire se répète, mais en pire", s’inquiètent les associations
Migrants : "L'histoire se répète, mais en pire", s’inquiètent les associations
REPLAY - Si la moitié des 7.400 personnes évacuées de la jungle de Calais ont obtenu le droit d'asile, ils sont encore nombreux à survivre dans des conditions terribles.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/migrants-l-histoire-se-repete-mais-en-pire-s-inquietent-les-associations-7790635003
2017-10-23 10:15:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/TPSxX-BHH0RHdnS9Ld1RtQ/330v220-2/online/image/2016/1114/7785780388_le-jeune-soudanais-mis-en-cause-avait-recemment-quitte-la-jungle-de-calais-illustration.jpg