2 min de lecture L'heure du crime

Meurtre de Katell Berrehouc : 25 ans de mystère

PODCAST - A la une : un Cold Case, une affaire non élucidée, 25 ans de mystère ! Depuis deux ans pourtant on pensait avoir enfin identifié grâce à son ADN, le meurtrier d’une jeune étudiante d’Auvers-sur-Oise, de 19 ans, Katell Berrehouc. Mais la justice vient de remettre en liberté ce suspect n°1.

L'Heure du Crime - Pradel L'heure du crime Jacques Pradel iTunes RSS
>
Meurtre de Katell Berrehouc : 25 ans de mystère. Crédit Image : Andrew Brookes / Cultura Creative | Crédit Média : Jacques Pradel | Durée : | Date : La page de l'émission
Jacques Pradel
Jacques Pradel édité par Amandine Lemaire

Dans l’Heure du crime, une affaire mystérieuse qui remonte au 11 mai 1995, à Auvers-sur-Oise, il y a 25 ans. Ce jour-là, le corps sans vie de Katell Berrehouc est découvert en fin d'après-midi par son petit frère, de retour du collège. Cette brillante étudiante en hypokhâgne, âgée de 19 ans, est à demi-nue sur le lit de ses parents, un legging, un caleçon-long, noué autour du cou. Elle a été étranglée dans la matinée. C’est ce qu’indiquera l’autopsie, qui ne relève en revanche aucune trace de violence, ni physique ni sexuelle, mais la découverte de traces de lubrifiants sur la dépouille, pourrait accréditer l'hypothèse d'un rapport sexuel. L'enquête initiale ne vise cependant que l'homicide volontaire, pas le viol... 

Les expertises scientifiques permettent d'isoler des empreintes digitales sur la tête de lit de la chambre parentale. Les enquêteurs découvrent surtout une trace ADN masculine sur des cellules de peau sous les ongles de la main droite de la victime. Les gendarmes multiplient les recherches et explorent de nombreuses pistes. Sans succès. Ils organisent un prélèvement massif d’ADN chez presque tous les habitants de la région. Encore sans résultat ! En 2005, un non-lieu est prononcé. Mais, en 2017, le parquet de Pontoise lance son projet « Cold Case » dont le but est de tenter de résoudre des affaires non résolues grâce au progrès de la police scientifique. 

En 2018, un profil génétique « matche » entre les éléments ADN recueillis sur la scène de crime et le profil d’un homme qui nie catégoriquement les faits. L’ADN peut-il se tromper ? Comment expliquer une éventuelle erreur de la police scientifique ?

Nos invités

Maître Sylvain Cormier, du barreau de Lyon avocat du principal suspect.
Eric Corbaux, procureur de la République de Pontoise qui avait, en décembre 2017, lancé un «projet coldcase» pour relancer les enquêtes non résolues. 
Jean-Pierre Bequet, ancien maire d'Auvers sur Oise, et ami du père de la victime. 

L'équipe de l'émission vous recommande
À lire aussi
Jonathann, le mari d'Alexia Daval, lors d'une conférence de presse en novembre 2017 l'heure du crime
Meurtre d'Alexia Daval : la piste de l'empoisonnement ?

Lire la suite
L'heure du crime Crime Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants