2 min de lecture Syrie

Mathias Énard : "il faut retrouver la fraternité" entre Orient et Occident

REPLAY - Dans "Boussole", le dernier prix Goncourt parle des rapports entre Orient et Occident. L'écrivain a longtemps vécu au Moyen-Orient et espère une amélioration de la situation en Syrie.

Revue de Presse - Le Journal Inattendu Vincent Parizot iTunes RSS
>
Mathias Énard : "il faut retrouver la fraternité" entre Orient et Occident Crédit Média : Florence Cohen | Durée : | Date : La page de l'émission
Florence Cohen
Florence Cohen et La rédaction numérique de RTL

Le conflit syrien a démarré il y a maintenant plus de cinq ans et les chiffres de cette guerre sont déroutants. Avec 270.000 morts officiellement dénombrés et peut-être même plus, une espérance de vie passée de plus de 70 ans à 55 ans, plus de la moitié de la population déplacée, ce pays a été profondément transformé. "C'est inimaginable et en même temps effrayant", juge Mathias Énard.

La situation sur le terrain paraît inextricable et cela inquiète l'écrivain. "C'est une tragédie. La destruction d'un pays, des centaines de milliers de morts et des millions de déplacés (...) ça nous touche de plus en plus", estime le prix Goncourt 2015 qui connait bien cette région du monde. "J'ai grandi dans l'ouest de la France et la vie faisant parfois des rebonds inattendus, j'ai vécu une dizaine d'années au Moyen-orient. C'est même plus qu'une passion, c'est devenu une partie de ma vie", explique-t-il dans le Journal inattendu.

Il faut trouver "une solution politique" en Syrie

Son roman Boussole, qui lui a permis d'obtenir le Goncourt, parle de la Syrie et des autres pays de cette région à travers les souvenirs du narrateur. Mathias Énard espère un règlement du conflit même s'il est conscient que cela va prendre du temps. "Il faut trouver les conditions d'un cessez-le-feu, il existe mais il faut le renforcer. Ensuite, il faut améliorer les conditions de vie quotidienne et puis, dans le moyen terme, amener une solution politique qui sera compliquée à trouver tant qu'il y aura ces deux fronts", analyse l'écrivain qui souhaite le départ de Bachar al-Assad.

Mathias Énard essaye d'encourager l'unité entre Orient et Occident à travers son livre malgré ces temps difficiles. "L'idée c'est de voir à quel point nous sommes mêlés. (...) Nous sommes mélangés l'un et l'autre et toujours ensemble à la fois", détaille l'auteur qui invite à dépasser l'image simpliste d'un "Orient musulman et ennemi". "Ce serait prétentieux et bête de dire que la violence n'existe pas mais au-delà de la problématique actuelle, (...) il faut retrouver ce sens de la fraternité", exhorte le prix Goncourt 2015.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie Goncourt Littérature
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants